Parce que les i-phone 5 au pied du sapin...

vendredi 14 décembre 2012
par  siksatnam
popularité : 5%

Bon, ben nous y voilà, c’est l’heure de ce que d’aucuns nomment la chronique de Jean-Claude Popovitch… Et bien croyez-moi si vous voulez, mais c’est vraiment à mon corps défendant que je suis présent dans les studios aujourd’hui… Et d’ailleurs, c’est un phénomène assez récurrent, tous les ans à la même époque, j’ai ma crise de conscience… Je n’arrive plus à m’assumer dans le rôle qui m’est assigné, celui du poujadiste aigri qui vomit la terre entière avec des fautes de syntaxe…

Et pourtant, notez bien que c’est pas l’envie qui m’en manque, d’en faire des fautes de syntaxe… Ce matin, dès le lever, je me suis dit « Oh, j’suis pas d’humeur, je l’ai dans le nez, l’autre aviné de Depardieu, je vais me le payer », et puis, au moment de coucher ma haine sur le papier, rien, nib’, qued’… Incapable d’autre chose que de faire preuve d’empathie… Ambiance « s’il souhaite quitter son pays, après tout, c’est qu’il est en souffrance, le Gérard, c’est peut-être pas seulement pour payer moins d’impôts… Il y a autre chose, ses potes Bernard et Arnaud doivent lui manquer, c’est la depression post-sarkozy… A moins qu’il veuille tout simplement se rapprocher du manneken pis…

Pourtant, vous pouvez pas imaginer comme j’aurais aimé me le torpiller, Depardieu… Avec un peu de chance, j’aurais même glissé que sa plastique hors du commun, il la devait en grande partie aux implants de la maison Servier… Et puis après, j’l’avais en tête, ouais, via un savant glissement sémantique, de l’exil fiscal vers l’évasion fiscale, je me serais empalé aussi Cahuzac, pour le plaisir de dire du mal… Voire plus largement je me serais donné du plaisir à dénoncer la socialie collaborationniste et tout le tintouin… Mais pas moyen… L’intendance ne suit pas derrière, je trouve pas les mots, j’ai pas la vista…

C’est toute cette magie de noël, aussi, vous savez qui me plombe… Parce que la vierge Marie, alléluia, Irénée le divin enfant, tout ça, on a beau dire, mais ça chauffe les cœurs… Voire, ça peut même les retourner le cas échéant… J’ai un peu de mal à comprendre que beaucoup restent indifférents au message d’amour et de fraternité délivré par l’église au moment des fêtes…

Parce que les i-phone 5 au pied du sapin, si ça, c’est pas un message d’amour… Et si ça c’est pas à mettre au crédit de Jésus, c’est à qui qu’on le doit, je vous demande ? Aux indonésiens qui les fabriquent ? Oui, à la rigueur, si on veut…

En tout cas, j’ai marqué un point, là ! Parce qu’au-delà de la féérie de noël, il y a toute la magie de la société de consommation, et ça, ça n’a pas de prix… Enfin si, ça a un prix, mais je vous parle de symbolique, là, pas du panier de la ménagère…

C’est juste dommage qu’y aura toujours deux-trois statisticiens acariâtres pour nous plomber l’ambiance avec leurs rapports alarmistes sur la pauvreté, avec leurs pourcentages du revenu médiant et toute la panoplie du mathématicien dans toute sa splendeur… A la mi-décembre, si c’est pas de la subversion… On le sait bien qu’y a des pauvres, c’est pas la peine d’en rajouter comme ça, c’est outrancier ! Un moratoire sur la pauvreté pendant un mois, c’est quand même pas trop demander, non ? On passe décembre, et on en débat posément à la rentrée, sans se saccager le réveillon… Tiens, je suis même prêt à citer à l’antenne le numéro du Secours Catholique, si ça peut aider des malheureux… 02 47 46 22 34, c’est rue de la Fuye que ça se passe…

Mais de grâce, faites-vous discrets, les pauvres, jusqu’à nouvel ordre... Qu’au moins les socialement insérés en profitent sereinement des fêtes de fin d’année…

JC P