Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir, l’émission hebdomadaire sur "Radio béton", 93,6 MGH (tous les mercredis de 19 à 20 h sauf en juillet/août). Informations et débats libertaires.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

Allez dans le cul les cathos quand même, tiens !
Article mis en ligne le 13 février 2013
dernière modification le 16 février 2013

par siksatnam

Voilà, la sale guerre contre le mariage gay touche à sa fin après trois mois de combats acharnés et de nombreux dommages collatéraux… Il ne s’agira plus dans quelques semaines que d’aller signer l’armistice devant les grabataires du sénat pour que l’affaire soit réglée…
Et une fois de plus, l’histoire se répète, ce sont les grenouilles de bénitiers, fantassins du passéisme décérébrés qui sont allés au casse-pipe, les Frigide Barjot et autres Henri Guano, pendant que leurs généraux étoilés restaient bien planqués dans les états-majors à téléguider les opérations…

Et puis, tout à coup, par une savante propagande, on essaie de nous faire croire que Benoit XVI aurait été blessé au front pendant les combats ? Et qu’il ne serait plus apte à remplir sa mission ? Qu’est-ce que c’est que cette mascarade ?

Ne comptez pas sur moi pour stigmatiser, mais encore une fois, les cathos mettent à côté de la plaque… C’est incroyable, cette capacité à être toujours en dehors du coup….

Je parle pas du mariage gay, attention, parce que là, on peut rien leur reprocher, aux cathos… Ringards, réactionnaires, homophobes, ils ont parfaitement joué leur partition, ils ont même réussi la performance d’être plus nombreux dans la rue les jours de manif’ que le dimanche à écouter le prêche de l’abbé africain qui remplace au pied levé le cureton du terroir… Tout ça parce que le DRH de la paroisse n’arrive pas à recruter le jeune cadre dynamique qui voudra bien écouter les confessions honteuses de ses ouailles… Le fait est que par les temps qui courent, ça se fait rare, les candidats au poste… Communion plus douze, petit séminaire et tout le toutim, c’est une filière professionnelle qui effraie les jeunes, aucun doute… Et puis au niveau de la promo, c’est zéro… Pas le moindre stand de curés au forum de l’orientation, la semaine dernière… Des artisans-bouchers, des conseillers financiers ou des chirurgiens-dentistes, tant que tu veux, mais des cathos, pas la queue d’un… Alors quand en plus, lors de l’entretien d’embauche, on te dit, niet les galipettes et que la branlette, elle doit être uniquement intellectuelle, forcément, c’est pas vendeur pour la jeunesse…

Et donc, voilà que maintenant, en pleine crise des vocations, on a affaire à un pape démissionnaire… Quand même ! Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Ce serait tout ce qu’on lui a appris, à Ben’ aux jeunesses hitlériennes, à jeter l’éponge au premier problème de connexion neuronale venu ?

Bon ! Il a Alzheimer, d’accord, c’est handicapant au quotidien, mais c’est inhérent à la fonction… Ca a jamais empêché ses prédécesseurs de travailler… Ils disent des conneries, certes, mais c’est en latin, personne percute… Et puis, s’il fait sous lui, ça se voit pas, le pape, il reste assis sur le Saint-Siège et c’est tout, on désinfecte à l’eau de javel quand la réunion est terminée… Au pire, on prend un peu d’eau bénite pour lui nettoyer les fesses et c’est réglé…

Et puis il faut bien le dire, les papes, c’est comme ça qu’on les aime, Alzheimer, complètement à la masse, qui débitent des conneries au kilomètre… Notez-bien, entre parenthèses, que c’est pas nécessairement là où ils sont le plus malfaisants… Rappelez-vous, l’aut’, là, le criminel contre l’humanité, qui interdisait le port du préservatif, qui a poussé sciemment à la mort des millions de fidèles, il avait la tête sur les épaules, à l’époque…

Alors donc, Ben’ va tourner les talons… Et il respecte même pas le préavis de un mois… J’aime autant vous dire que si j’étais son employeur, je l’aurais saumâtre, ça ruerait dans les brancards !… Et dire que ça voudrait être canonisé, en plus !

Allez dans le cul les cathos quand même, tiens !

JC.P