Bon, j’vous l’dis tout de suite, je suis d’une humeur massacrante !

dimanche 29 septembre 2013
par  siksatnam
popularité : 7%

Bon, j’vous l’dis tout de suite, je suis d’une humeur massacrante ! Y’a des matins, comme ça, on se lève, on sait pas pourquoi, on en veut à la terre entière… Et c’est parti pour la journée, des fois pour la semaine…

Alors croyez-moi que pondre un papier dans ces conditions, c’est pas gagné ! Quant à modérer mon propos -on avait convenu pendant la réunion de rentrée de l’émission qu’on tentait de se recentrer sur un auditorat gauche modérée, ambiance déçus du parti socialiste, histoire de gagner des parts de marché dans la course à l’audience-, tout bien réfléchi, en ce qui me concerne, faut même pas y penser…
Pareil, si vous voulez du bon vieux jeu de mots pourave, genre les jeux olympiques attribués au Japon, c’est nippon ni mauvais, c’est pas ici que ça se passe, vous pouvez directement calter sur RTL, y’a Bouvard qui vous attend. Et en plus, c’est bonus, vous aurez droit à ses considérations ras du bitume sur les carreleurs portugais. Vivement recommandé par le guide du FN.

Bref, la revue de presse, ça commence fort : Mises à jour Windows quand j’allume ma bécane… Allez, dix minutes de foutues en l’air… Tout ça pour quoi ?

Nouvelle tuerie aux Etats-Unis… Ouais comme d’hab’… Ha, non, tiens, c’est des militaires… Bon, ben y’a pas de quoi pleurer sur leur sort, ça fait partie du boulot…

Quoi d’autre ? Le débrief de Hollande qui s’en est allé faire le mariole sur TF1… Il revient avec les chaussures toutes lustrées : Merci Claire Chazal… Rien à foutre du pas de deux du va-t’en guerre antimilitariste… En plus, pour son opération de redressement, il aurait bien inspiré d’attendre deux-trois jours de plus, histoire de bénéficier de l’expérience du Concordia

Marine Le Pen de mieux en mieux perçue par les militants UMP, dixit Libération… Tu m’en diras tant… Voilà une nouvelle qui doit faire bien plaisir à Fillon, tiens… Ils vont faire trembler les murs, les militants UMPistes, au prochain congrès du parti… J’les entends d’ici reprendre en cœur Maréchal nous voilà… Marion Maréchal, s’entend… Ah ben si, je l’aurais placé quand même, mon jeu de mot pourri, malgré la mauvaise humeur…

Allez, on continue… Les écolos qui bouinent, histoire de faire semblant d’exister au gouvernement… Y’a même Nicolas Hulot qui s’y met… D’ailleurs, on croyait tous qu’il avait calenché dans un accident d’ULM l’année dernière… Surprenant… C’est peut-être un document sonore post-mortem, après tout…

Qu’est-ce qu’on a d’autre ?… La cour des comptes qui tire la sonnette d’alarme et invite au déremboursement des frais d’optique et des appareils auditifs… Vous saviez que c’était remboursé par la sécu, vous, les lunettes ? A propos, les sourdingues, je vous rappelle que DLGS existe aussi en version papier…

Et ça continue… Edwy Plénel qui publie les enregistrements de Dassault en train d’admettre qu’il a acheté les voix d’électeurs pour son poulain à la mairie de Corbeil-Essonne… Basique… On parie combien que Médiapart va feuilletonner là-dessus ? C’est gros comme une maison… La semaine prochaine, à tous les coups, on a les empreintes digitales du marchand de canons sur les douilles des balles qui ont failli tuer les auteurs de l’enregistrement…
Et ça, c’est pas beau : Dans La Croix, le quotidien des cathos homophobes,-c’est pas marqué sur le bandeau mais ça devrait-, on apprend que les évêques sont surmenés et qu’ils peuvent pas faire valoir leurs droits à la retraite avant 75 ans… C’est vrai qu’aller donner l’extrême-onction à des mourants et célébrer des messes à la vierge Marie toute la sainte journée -sans compter les petits fours à s’ingurgiter aux réceptions du CRIF, entre deux considérations sur le statut de la Terre promise-, c’est quand même aut’ chose que de faire gentiment ses huit heures, pépère au pied de la machine, à attendre que les pièces tombent dans le bac… Et en trois-huit, en plus… Une semaine sur trois, c’est la grasse mat’ jusqu’à midi… Par-dessus le marché, ces saligauds d’ouvriers, hop, plan social, 52 balais à peine, licenciement, et vas-y que j’me prélasse au RSA jusqu’à la fin de mes jours ! Non, mais j’vous jure ! Nantis !

Alors moi, de l’actu comme ça, j’ai ai ras la couenne… J’vous parle même pas bijouterie, parce que c’est la goutte d’eau ! Donc, vous êtes bien gentils, mais j’me mets en grève… Pour la chronique de Jean-Claude Popovich, mes chéris, vous attendrez la semaine prochaine, si j’ai levé le préavis !

JC P