Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir, l’émission hebdomadaire sur "Radio béton", 93,6 MGH (tous les mercredis de 19 à 20 h sauf en juillet/août). Informations et débats libertaires.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

Un village en bord de Loire...
Article mis en ligne le 13 mai 2007
dernière modification le 20 avril 2010

par Le Plombier

Jacques Chirac est devenu un personnage fréquentable…. Après 12 ans de pouvoir, il quitte enfin l’Elysée… Chirac, l’archétype du politicien luttant toute sa vie pour conquérir le pouvoir suprême.. Un malade quoi… Beaucoup de monde lui trouve des qualités désormais… je me rappelle simplement que ce gugus a conduit les négociations de Grenelle (en 1968) avec un flingue à sa ceinture (la peur du « rouge » voyez-vous).. Un véritable flingué en effet…
En parlant de « rouge », nous avons été à Lussault sur Loire, ce vendredi 11 mai, pour projeter le documentaire « Mémoires Sociales ». Un des deux personnages du film était Guy Denizeau, « maire malgré lui » de la commune dans les années soixante-dix. Le village de Lussault, à deux pas d’Amboise, vint chercher ce sympathique libertaire pour lui confier les rênes de la municipalité. Durant son mandat, Guy s’est évertué à refuser toutes les cérémonies officielles… Mais la commune a aussi été sagement administrée. Debré, alors maire d’Amboise, a tout fait pour salir le personnage.. Des campagnes de calomnies et de menaces ont été menées, etc… Seuls les instits du bourg ont pris la plume pour défendre, de façon caustique, Denizeau…
Nous avons du faire cette projection dans le troquet du village, le « Rustic ». Le maire actuel, sollicité pas moins de 6 fois, ne nous a pas répondu.. Plus de 30 ans après son mandat, l’anar fait encore peur… Et pourtant, il vient de calancher en ce mois de février…
Le troquet était plein : 23 personnes. Une poignée de jeunes très attentifs, des anciens du village qui sont venus faire un plaidoyer en faveur de Guy et une bonne dizaine de personnes politiquement engagée (moyenne d’age dépassant les 55 ans), socialistes, communistes, anarchistes et même un ancien situationniste !. Le documentaire a été applaudi et très bien accueilli.
Des deux compagnons interviewés, il a été souligné la constance de leurs engagements (dans le domaine de la lutte pour Marco Emilio, dans celui des idées pour Guy Denizeau), la qualité de leurs réflexions et surtout l’actualité brûlante des paroles dites. Au-delà des différences des uns et des autres, en ces temps de brouillard Sarkoziste, on a senti comme un vent de gauche tressaillir dans ce petit patelin des bords de Loire. Une gauche qui se bat et qui lutte…

E.S.