la Talonnette

samedi 12 mai 2007
par  Le Plombier
popularité : 10%

Ca y est, on le craignait, c’est arrivé… Le sinistre Nicolas Sarkozy, plus connu sous le nom de « la Talonnette » a enlevé ce week-end la médaille d’or aux championnats de France de démocratie bourgeoise… C’en était certes le grandissime favori… Mais il est utile de s’étonner quant au conditions dans lesquelles cette victoire a été acquise…En effet, tandis que les organisateurs du tournoi revendiquent une totale égalité des participants sur la ligne de départ, comment est-il possible qu’un candidat au triomphe final ait une telle mainmise sur les mass-médias, soit traité avec tellement de déférence par des journalistes qui lui mangent dans la main, qui dressent un tableau plus que positif de cet homme plein d’allant, prêt à redresser le pays, à le remettre au travail et à le débarrasser de sa racaille ?… Ces télés, qui lui offrent des tribunes aux heures de grande écoute, fusse au titre de ministre de l’intérieur, puisqu’en outre il n’hésite pas à se servir de cet argument pour convaincre. Ces médias qui également, relayent tous les mensonges dont lui et ses petits camarades de la majorité aux affaires, nous
assomment depuis des mois dans la perspective de l’épreuve à venir… Recul de la délinquance, baisse du chômage… A titre d’exemple, à ce sujet, il est utile de rappeler qu’à peine un tiers des chômeurs inscrits à l’ANPE apparaissent dans les chiffres matraqués à longueur de journées par les télévisions du pays… Autre registre de la manipulation, ce sont les incessants sondages d’opinion, dont on peut imaginer que le but final n’est autre que de montrer aux dociles électeurs quel est le bulletin qu’il est judicieux de choisir le moment venu pour ce choix crucial… La manipulation des masses, c’est aussi le vote utile, appelé de tous ses vœux par les journalistes, mais aussi est surtout par les dirigeants du pays, trop heureux de voir s’affronter les idées du capital contre, n’en déplaise aux partisans de Ségolène Royal, les idées du capital… Et comme si cela ne suffisait pas, spéciale dédicace pour les lecteurs de voici, il y a également le départ médiatisé de notre Johnny national en Suisse, et l’annonce de son retour imminent, à peine les résultats de l’élection annoncés…

Alors dans ces conditions, on peut s’étonner qu’aucun contrôle anti-dopage ne soit en vigueur dans ce type de compétitions, pourtant adoubées par la Fédération Internationale…

Toujours est-il que maintenant, c’est fait, le loup est entré ans la bergerie… Merde !
On s’y attendait, mais on ne voulait pas vraiment y croire… Merde, merde, merde ! Alors comment on réagit maintenant ?... Et d’abord faut-il réagir ou simplement prendre acte ?...

Première idée… Se mobiliser tous lors des prochaines législatives en un gigantesque front anti-réacs et anti-libéralisme, une coalition qui irait de Lutte Ouvrière à l’UDF ? Non, je déconne…

Deuxième idée… J’ai appris que mon grand-père qui commence à perdre les pédales a néanmoins voté au 1er comme au 2eme tour… Peut-être une belle occasion de faire invalider le scrutin ? Non, trop procédurier, comme riposte…

Troisième solution, malheureusement la plus crédible, courber l’échine, lorsque notre nouveau conducator va sabrer le droit du travail, réduire le droit de grève, la liberté d’association ou d’expression, et s’en prendre plein la gueule pour pas un rond…

Mais non certainement pas ! Il ne faut pas donner le bâton pour se faire battre ! Reste à défendre pied à pied tous les acquis que nos aînés ont obtenu de haute lutte, du droit de grève, aux congés payés en passant par la sécurité sociale !... Lutter c’est survivre…

Et d’ici là, puisque ça soulage de trouver des boucs émissaires à tous nos malheurs, pourquoi ne pas accuser ces beaux salopards du parti socialiste, François Mitterrand en tête, pour toutes ces belles promesses non tenues, pour ce monde meilleur qu’on a fait miroiter aux prolos, et cette extrême droite dont a favorisé le réveil ?...

Allez ! En conclusion, même, si tu affirmes le contraire, trou de balle, sache que tu ne seras jamais que le président d’une partie des français… Quant à l’autre partie, ne t’en déplaise, elle sera toujours à tes basques lorsque tu voudras déréglementer le droit du travail, renvoyer les sans-papiers dans leur pays d’origine, ou encore casser ce qu’il reste des services au public !

A bon entendeur, salut !

D.G.


Commentaires  (fermé)