LE PÈRE PEINARD AU POPULO

jeudi 19 mars 2015
par  Le Plombier
popularité : 6%

Les amis, je me fous candidat. Mais je ne vous prends pas en traître : ne votez pas pour moi ; élu je serais aussi salop que le premier venu. Ce que j’en fais c’est pour engueuler un brin toute la bande de légumeux, et jaspiner quelques vérités aux bons bougres.

Nous ne sommes pas heureux ; nous avions compté sur le suffrage universel pour changer un peu notre sort, il faut en rabattre, nom de dieu ! Plus on fait d’élections, moins ça change.

Les richards et les gouvernants se servent du truc électoral pour nous rouler ; à notre honte, mille bombes, faut avouer que jusqu’ici, ils ont bougrement réussi : ils nous appellent PEUPLE SOUVERAIN, – cochonne de souveraineté que la nôtre ! Trimer comme des forçats, bouffer de la vache enragée, et en fin de compte crever à
l’hôpital, c’est notre vie !

Faut mettre ordre à ça, nom de dieu ! Mais ne croyez pas qu’en nommant un copain on arriverait à quelque chose : une fois élu c’est plus un copain, c’est un supérieur. Je l’ai déjà dit : à l’atelier, le camaro qui passe contremaître devient mufle ; à la caserne le griffeton qui monte en grade devient rosse.

Qu’ils soient bourgeois ou ouvriers, socialistes ou réacs, une fois élus, les types se foutent de nous. Autant ils sont peloteurs avant, autant ils sont arrogants après. Dam, y’a rien de drôle, ils sont nos maîtres, c’est pourquoi, nom de dieu, torchons-nous le cul des bulletins de vote !

Envoyons dinguer tous ces chameaux ! Ceux qui aujourd’hui veulent être conseillers généraux, et ceux qui voudront être députés demain.

A quoi servent les conseillers généraux ? A nous faire cracher la belle galette pour engraisser les budgétivores.

- De ça nous avons soupé !

Ce que nous voulons, nom de dieu, c’est qu’il n’y ait plus de feignants qui vivent de notre travail ; de gros richards qui gaspillent la boustifaille de cent familles. Ce que nous voulons c’est foutre dehors cette racaille d’employés et de gouvernants que nous gobergeons bêtement.

Nous sommes assez grands pour faire nos affaires nous-mêmes : à bas les patrons et les gouvernants !

Mais ça ne viendra pas tout seul. Foutons les pieds dans le plat ! Ce n’est qu’un chambardement complet qui donnera au populo les trois choses indispensables à l’existence : le logement, le vêtement et la boustifaille.

Pour ça, tonnerre, ne votons plus ! Foutons les richards en l’air, et que les paysans prennent la terre, les ouvriers l’usine, les mineurs la mine !

Vive la Sociale, nom de dieu !  »


Extrait du Père Peinard n°23, du dimanche 28 Juillet 1889. « Un journal farci de riches tartines et de galbeuses images », « un journal qui fait le poil de toutes les couillonnades des politicards »


Brèves

3 octobre 2012 - Le droit de photographier

Arrêté du 27 Juin 2008
Les journalistes et particuliers ont le droit de photographier et de (...)