C’est l’été ! TOUT LE MONDE DEHORS !

lundi 3 août 2015
par  Le Plombier
popularité : 4%

Le Réseau Education sans Frontières d’Indre-et-Loire (RESF37) communique :

Ø 6 familles sous des tentes au Sanitas depuis un mois - et plus encore si l’on compte toutes celles qui y ont « campé » temporairement,

Ø 4 autres familles expulsées de leur hébergement par les associations COALLIA et ADOMA

Ø 3 femmes contraintes de « dormir » à la gare,

Ø et encore une autre famille hébergée par l’association EMERGENCE, sommée en toute illégalité, sans procédure judiciaire, sans délai, de quitter son logement.

Triste bilan, sur Tours, en cette période d’été où d’autres sont en vacances …

1 nourrisson, 4 petits de moins de trois ans, 10 enfants un peu plus âgés, 5 adolescents dont une handicapée en fauteuil, des adultes souffrant de pathologies graves…. sont ces jours-ci à la rue.

Un total de 20 enfants et 29 adultes !

Où est l’application des lois ? Celle de 1982 (loi Quilliot) qui fait du droit à l’habitation un droit fondamental ?
Et celle de 1990 (loi Besson) qui consacre ce droit ?
Et celle de 2009 qui oblige pouvoirs publics et collectivités locales à fournir hébergement et suivi social à toute personne démunie ?

Devrions-nous accepter que notre société régresse à ce point ?
Que nos lois ne s’appliquent plus ? …
Sans rien faire ?
Nous ne pouvons accepter que nos politiques qui parfois se posent encore en donneurs de leçons de vertus démocratiques et laïques bafouent au quotidien les plus élémentaires des droits humains !

Les collectivités élues chargées de la protection de l’enfance, des plus démunis, des malades, sont-elles à ce point sourdes, indifférentes, ou cyniques ? Au nom de quels impératifs fait-on passer la protection des populations au dernier rang des priorités dans les budgets ?

Le 30 juillet, à leur demande, 5 unions syndicales départementales et une association d’aide aux migrants ont été reçues à la Préfecture d’Indre-et-Loire. Une « table ronde » regroupant tous les « acteurs » de l’hébergement est à l’étude... Comme si cette question n’était pas un problème récurrent dont tous, autorités, citoyens, élus, constatent l’aggravation continuelle.

Qu’attend-on pour agir ? Un drame encore plus insoutenable que le calvaire quotidien de ces enfants, de ces hommes et de ces femmes, de ces personnes malades ? Les logements vides existent. La loi permet qu’à la demande du maire, ou de son propre chef, le Préfet puisse en ordonner la réquisition. Les locaux immédiatement aménageables sont là. Ceux qui nous gouvernent comme ceux qui nous représentent doivent enfin manifester ce « sens des responsabilités » qu’ils revendiquent en paroles, et que nous attendons en actes.

RESF37, le 2-08-2015.


Brèves

24 février - La décroyance ou comment je suis devenu athée sans me fâcher avec ma famille

Coexister est l’association interconvictionnelle des jeunes pour créer du lien social. Il y a (...)

31 janvier - Sanitas palace !

Quand on veux tuer son chien, on dit qu’il a la rage !
La Direction de la cohésion Sociale et la (...)

10 avril 2016 - De la servitude moderne

Après le documentaire du même nom réalisé en 2009, « de la servitude moderne » est maintenant (...)

8 avril 2016 - LE DROIT D’AUTEUR ET NOUS AU NOM DE L’...

LE DROIT D’AUTEUR ET NOUS
AU NOM DE L’ EXCEPTION CULTURELLE FRANCAISE NATIONALE, LES CONSEILS (...)

16 septembre 2015 -  OSEZ LE SOCIALIQUE

Bonjour à tous, et à toutes
Mon site /mouvement OSEZ LE SOCIALIQUE est en ligne !
Ils parlent (...)