Barth et Nicolas

samedi 25 août 2007
par  siksatnam
popularité : 9%

Il y a 80 ans, le 23 août 1927, nos frères Barthotoméo Vanzetti et Nicolas Sacco étaient assassinés par la "justice" américaine dans la prison de Charlestown (Massachussets). A ce jour, leur procès n’a toujours pas été révisé...
La dictature capitaliste Américaine leur reprochait d’être immigrés, ouvriers et anarchistes...

Afin de rendre hommage à nos deux camarades qui dorment à jamais au fond de nos coeurs et dont la pensée nous anime pour pousser ardemment nos efforts dans la lutte pour l’anarchisme et essayer d’atténuer l’infamie perpétrée par les faux apôtres de la liberté que sont les gens de la télévision et du parti communiste, nous rappellerons qui ont été Sacco et Vanzetti, et dans quelles circonstances leurs vies de militants anarchistes ont été sacrifiées sur l’autel de l’intolérance et de l’injustice étatique.
Nous nous associons à Louisa Vanzetti dans son combat entrepris depuis des années pour la réhabilitation des deux compagnons anarchistes Bartholomeo Vanzetti et Nicola Sacco, bien que nous ne reconnaissions aucune justice étatique, et lui apportons notre soutien fraternel et moral.

BARTHOLOMEO VANZETTI

"Sans nom dans la foule des sans nom", ainsi s’est-il décrit dans l’autobiographie de vingt pages qu’il a rédigée dans la prison de Charlestown : Histoire d’une vie de prolétaire. Bartolomeo était né en 1888 dans un petit village du Piemont : Villafalleto.
Doué pour l’étude et d’une intelligence particulièrement éveillée, il aurait pu, selon ses professeurs devenir enseignant ou même un savant. Son père, estimant que les études étaient trop coûteuses, préféra le placer comme apprenti pâtissier plutôt que de le laisser continuer à étudier. De place en place, besognant de ville en ville, il attrapa une pleurésie si grave que son père vint le chercher à Turin début 1907 pour le ramener à la maison. Les jours qu’il passa chez lui, soigné admirablement par sa mère, ont été, a-t-il écrit plus tard les plus beaux de sa vie.
Mais ce bonheur fut éphémère, car sa mère atteinte d’un cancer devait mourir au bout de trois mois d’agonie. Vanzetti la soigna avec le même dévouement et la même tendresse qu’elle avait eue pour le soigner. Il s’embarqua au Havre pour l’Amérique après avoir traversé la France à pied. De New York à Plymouth. Bartolomeo a trimé dur, errant de ville en ville, faisant tous les métiers au bas de l’échelle sociale.
Pour combler son manque d’instruction, il avait lu Darwin, Spencer, Hugo, Zola et Tolstoï mais il était depuis longtemps convaincu que seule l’anarchie délivrerait l’humanité de ses chaînes et il étudiait les oeuvres de Proudhon, Kropotkine et Malatesta qu’il affectionnait particulièrement. Tout d’abord employé à la Compagnie de Cordages de Plymouth comme la plupart des Italiens immigrés, il ne reprit jamais son emploi après une longue grève de revendication salariale en 1916.
Un ami repartant pour l’Italie lui revendit sa charrette à bras et son fond de commerce de poissons. C’est ainsi qu’il devint très connu et très aimé dans le quartier. Pommettes saillantes, moustache tombante, l’ami des enfants qui l’appelaient "Bart ", effectuait tous les jours ses livraisons de poissons en poussant sa baladeuse dans ces rues très pauvres essentiellement peuplées d’Italiens et de Portugais.

NICOLAS SACCO

Il était né en 1891, d’une famille de dix-sept enfants à Torremaggiore.
Comme pour Vanzetti, les années passées au village de leur enfance étaient les plus belles et les plus douces qu’il ait vécu. A quatorze ans, il quittait l’école pour aller travailler aux champs. Avec son frère Sabino, ils rêvaient de voyages, de partir aux Amériques. Ils partirent un jour de 1908 et débarquèrent à Boston Est.
Nicolas avait 17 ans. Sabino ne supporta pas longtemps l’exil, la vie d’immigrant et moins d’un an après il repartait au pays. Nico persista. Il apprit un métier et devint spécialiste en fabrication de chaussures. En 1913, il adhéra au groupe anarchiste local " Circolo di Studi Sociali " et participa à l’organisation de meetings, dans les villes voisines, distribua tracts et brochures, ouvrit des souscriptions pour les grévistes et accueillit Tresca et Galleani, révolutionnaires anarchistes très connus. En 1916 son groupe organisa un meeting à Milford dans le but de recueillir des fonds pour soutenir les grévistes d’une usine dans le Minnesota.
La préfecture n’ayant pas autorisé cette manifestation, les orateurs furent arrêtés et parmi eux, Sacco. Il fût condamné à une amende et c’est là, la seule peine qu’il a encouru avant son arrestation dans le tramway de Brokton une certaine nuit de mai.

LE CONTEXTE SOCIAL

L’Amérique entrant dans le conflit de la première guerre mondiale, la propagande anarchiste consista essentiellement à déconseiller aux travailleurs de servir dans l’armée. La seule opposition à la guerre venait des I.W.W., les " Wobblies " et des anarchistes.
En 1919, l’Amérique bafoue le traité de paix, renvoie des immigrés tels qu’Emma Goldmann. Cette année-là est une année de violence. Deux jours avant le retour du président Wilson de Paris, de la conférence de la Paix, deux membres d’un cercle anarchiste espagnol, " Grupo pro Prensa " à Philadelphie, furent accusés et arrêtés pour avoir voulu attenter à la vie du président. Quelques temps plus tard, le maire de Seatle, qui combattait "le danger rouge" reçut une bombe dans un paquet postal.
Le lendemain, Thomas Hardwick, ex-président de la Commission de l’immigration reçut le même cadeau. On compta ainsi 37 paquets contenant des bombes destinées à diverses personnalités dont Olivier Wfendell Ilolmes, président de la Cour Suprême des Etats-Unis et l’avocat général Palmer.
Le 1er Mai fut particulièrement violent, batailles de rues, meetings monstres, assassinats dans les manifestations ajoutèrent à la terreur populaire américaine.

Luigi Galleani, une figure très connue et estimée de l’anarchisme, fut condamné à la déportation pour la publication de sa célèbre Cronaco Soversica. Peu après des bombes éclatèrent dans huit grandes villes. Le climat de violence, de terrorisme impulsé par les autorités et les éléments provocateurs indignait le peuple américain qui était hanté par les manoeuvres étrangères.
Entre l’activiste anarchiste et le militant qui exerce sa propagande sur les lieux de son travail, dans son quartier, par la parole, son comportement, il y a tout un monde social et idéologique, mais pour beaucoup l’amalgame des deux en terroriste criminel était un excellent prétexte pour repousser les étrangers. Sacco et Vanzetti avaient la réputation d’être des idéalistes et non des hommes d’action. Cependant contre les menées répressives et démesurées des autorités qui inculpaient et emprisonnaient tout ce qu’elles voyaient teinté de rouge (le 2 janvier 1920, 6 000 mandats d’arrêts étaient prêts pour les étrangers afin de les déporter. Des milliers de prisonniers défilaient dans les rues enchaînés) les anarchistes ne pouvaient rester silencieux et inactifs.
Par les tracts, la littérature, les conférences, les grèves, les occupations, ils restaient en contact avec le prolétariat.

Le 15 avril 1920, le caissier et son garde de l’usine de chaussures de South Shore à South Braintee sont attaqués et les deux valises contenant la paye des ouvrier leur sont dérobées. Ils décéderont quelques heures après.
Le 5 mai 1920, dans un tramway de Brokton, on arrête deux usagers.
Il s’agit de Sacco et Vanzetti. Ils sont armés.
On leur dit qu’on les suspecte et que c’est pour cela qu’on les emprisonne. C’est la première fois qu’ils sont incarcérés. La seule charge qu’on retienne contre eux est le port d’armes prohibées. Ils plaident coupables par le biais d’un avocat nommé d’office, William Callahan. Le juge chargé de l’affaire décida de les retenir sans caution, en vertu d’un décret de temps de guerre qui autorisait la détention d’individus suspects de crimes.
A partir de cet instant, l’infernale machine judiciaire est mise en route.
A tout prix il fallait que ces deux là endossent les crimes du hold-up du 15 avril.
Il fallait qu’ils soient italiens, que l’un soit petit et brun et que l’autre ait une moustache tombante. Sacco et Vanzetti devaient faire l’affaire...
Elle dura sept ans.
Moins d’un an après l’arrestation des deux anarchistes italiens, tous les anarchistes latins immigrés en Amérique se mobilisèrent en comité de défense et de soutien, la libération de Sacco et de Vanzetti étant leur affaire. Dans ce pays où les idées subversives étaient traquées avec une fureur inquisitoriale, à travers la procès des 2 militants anarchistes, c’était l’organisation et les idées libertaires qu’on cherchait à décimer.
Le but recherché n’échappait à personne : démontrer que les anarchistes n’étaient que des bandits et des criminels à l’opinion publique. Vanzetti fut jugé une première fois. On le condamna pour attaque à main armée à quinze ans de travaux forcés.
Cinq jours après cette condamnation, une bombe explose à Wall Street tuant dix personnes.
On impute ce crime tout naturellement aux anarchistes.
Le 28 septembre 1920, Sacco et Vanzetti comparaissent ensemble devant le tribunal, plaidant non coupables, défendus par le célèbre avocat ouvriériste, Fred Moore. Le procès a duré des semaines. Les témoignages, les accusations, la haine implacable du juge Thayer, la fougue de Moore, la lâcheté des jurés ont fait de ces journées la bataille oratoire la plus infâme contre le mouvement ouvrier, et contre le liberté d’opinions.

La condamnation à mort de Sacco et de Vanzetti a déclenché à travers le monde une véritable conscience de classe dans le prolétariat.
Dans toutes les grandes villes européennes d’énormes et fracassantes manifestations ouvrières ont assiégé les ambassades. Pour les communistes et leur parti, Sacco et Vanzetti étaient des pions sur l’échiquier de la lutte des classes, symbole commode à exploiter pour que le sang des martyrs anarchistes soit un jour un fleuron pour le parti communiste.
Il ne faut pas perdre de vue que si la chasse à l’anarchiste poussait les notables américains à des actes impardonnables de lâcheté, en Russie, sous les couleurs du communisme, c’était le nettoyage par le vide de tous les anarchistes et de leur système fédératif (Kronstadt, 1921).
Pendant des mois, des années, on attend que le juge Thayer casse le jugement.

cinq motions lui sont présentées par F. Moore ; toutes rejetées.
Moore abandonne l’affaire sur la demande des deux inculpés.
En prison, Sacco et Vanzetti continuent ardemment à s’instruire, à lire.
Vanzetti traduit Guerre et Paix, écrit un livre " Evénements et victimes ". On ne comprend pas bien ce qui retenait la justice américaine devant l’exécution. un an d’attente, de motions rejetées, de discussions avec le Commonwealth.
Des millions ont été recueillis par le Secours Rouge dans tous les pays du monde pour faire échapper à la mort Sacco et Vanzetti. En fait les deux martyrs leur servaient pour s’affirmer en Amérique en défenseur des opprimés et pour empocher la solidarité internationale. Ces fonds ont été détournés par ce secours du parti communiste. Cela est si indigne que le Comité de Défense de Sacco et Vanzetti imprima dans son bulletin : " Nous sommes absolument opposés à la collecte des fonds et à l’utilisation de cette cause en vue d’intérêts politiques et économiques. " Sacco et Vanzetti refusèrent de se laisser défendre et manipuler par l’Internationale communiste.
Un gangster du nom de Madeiros avoua certain jour que c’était lui avec deux complices qui était l’auteur du hold-up de South Braintee, que Sacco et Vanzetti n’y étaient pour rien.
Thayer a refusé de reconsidérer l’affaire.
Il fallut faire monter le courant à 300 volts pour anéantir dans la chaise ces deux corps encore robustes qui criaient Vive l’anarchie.

Carmen - le Monde Libertaire (traduit de Solidaridad Obrera)

Vu sur le site ttp ://increvablesanarchistes.org/articles/1920_36/sacco_vanzetti.htm


"Le 23 juillet 1927, le Comité Sacco et Vanzetti organise un impressionnant meeting de défense des accusés et rassemble dix mille protestataires ; aux alentours de la salle, trop petite, dix mille autres sympathisants sont massés ; ils sandent les noms des deux ’martyrs’ italiens. La séance est ouverte par Séverine ; puis lecture est donnée d’une lettre du socialiste Léon Blum. À la tribune, le communiste Cordier, l’anarchiste Sébastien Faure, le chrétien de gauche Marc Sangnier, le cégétiste Jouhaux, le proscrit italien Turati, l’avocat Henry Torrès siègent côte à côte..." Jamais on n’avait rassemblé à la même tribune des protestataires d’une telle qualité et de milieux si divers.

Ronald Creagh, L’Affaire Sacco et Vanzetti



Commentaires  (fermé)

Logo de Luc Nemeth
lundi 3 septembre 2007 à 14h59 - par  Luc Nemeth

Bonjour. En ce qui concerne des fonds destinés à la campagne de soutien aux deux accusés, et qui furent détournés par le Parti communiste afin de renflouer sa presse alors en difficulté, le fait a été reconnu dans ses souvenirs (I Confess) par Ben Gitlow, qui fut par la suite le candidat de celui-ci aux élections présidentielles américaines. Bien cordialement.

Logo de Le Plombier
dimanche 26 août 2007 à 09h46 - par  Le Plombier

Il y a aussi un documentaire en 4 parties (et en français), avec images d’archives à (re)découvrir.
Le premier est disponible là
Les trois autres sont aussi sur le même site.

Brèves

10 mars 2007 - Virginie Despentes

"J’aime pas l’euro, j’aime pas les CD, j’aime pas les ordinateurs, j’aime pas les mails, j’aime pas (...)

26 février 2007 - Louis Guilloux

"... Je détruis toute idole, et je n’ai pas de Dieu à mettre sur l’autel. Il faut avoir une bien (...)

20 février 2007 - LE GRAND OCTOBRE EN UKRAINE

Le mois d’octobre 1917 est une grande étape historique de la révolution russe. Cette étape (...)