900 morts par jour...

jeudi 8 novembre 2007
par  siksatnam
popularité : 7%

Le 11 novembre approche… Il est l’heure, comme chaque année, de commémorer la fin de ce qui n’aurait dû être en départ qu’un conflit de quelques mois, mais qui se transforma bien vite en une guerre de position de longue haleine, où les armées s’embourbèrent, au propre comme au figuré, sur leurs positions, et qui deviendra finalement la plus grande boucherie que l’humanité ait jamais connue…

De Verdun au Chemin des Dames, en passant par la Bataille de la Somme, sans oublier le front de l’Est, c’est au total 11 millions de personnes qui laisseront leur peau sur les différents champs de batailles… 300.000 morts pour la seule bataille de Verdun… Du coté français, 900 morts par jour…

Au total, 4 ans d’un conflit absurde, à lutter pour reprendre les 50 mètres perdus la veille, à envoyer des malheureux au casse-pipe, sans qu’ils comprennent seulement les tenants et les aboutissants des combats… 4 années à survivre dans la boue et les tranchées, dans des conditions inhumaines, sans ravitaillement, dans le froid et parmi la vermine …

4 années à soutenir l’effort de guerre, à tout sacrifier pour la guerre, à mobiliser les femmes, les vieillards, parfois les enfants, pour la production de masse…

4 années passées à créer des armes toujours plus sophistiquées, plus meurtrières… Et à engraisser les industriels reconvertis pour l’occasion en marchands de canons…

Mais comment est-il possible, près de cent ans plus tard, de comprendre cette volonté acharnée qui règnera dans les états-majors, le jusqu’au-boutisme des belligérants, renvoyant invariablement les malheureux soldats sur les divers champs de batailles, les exposant ainsi de la façon la plus vaine aux bombardements d’artillerie ou aux fameux gaz moutarde.

Des réactions d’insoumission de poilus face au carnage des champs de batailles eurent lieu... Des rébellions, des mutineries, de la simple désobéissance, mais elles furent relativement peu nombreuses au regard de l’horreur des combats, conséquence de la férocité des châtiments, avec bien sur –Quel crime, quelle inhumanité- les fusillés pour l’exemple…

Afin de maintenir le moral des troupes, mais également celui de la population civile, la propagande nationaliste et la censure sont de mise tout au long de la guerre et de part et d’autre…

Comble de l’ironie, c’est le traité de Versailles, qu mettra fin à la première guerre mondiale et portera en lui les germes de la seconde… Ainsi, tandis que les allemands, Nourris par la rancœur de la défaite, allaient amener au pouvoir Hitler et les nazis, de l’autre coté du Rhin, c’est le héros que les français s’étaient construits, le Maréchal Pétain, qui entraînera le pays vers de bien sombres heures…

Décidément, cette aptitude à guerroyer, à se reconnaître à travers un patriotisme cocardier, cette propension à hair l’étranger, ou plus modestement son voisin, n’est-ce pas finalement l’apanage de l’homme ? Que ce soit à la tête d’un pays, d’un groupe, ou plus simplement au volant de sa voiture, l’homme n’est-il pas prompt à toujours rechercher le conflit ?

Juste une aparté, pour signaler, puisque l’on parle d’inhumanité et de dictature, que c’est aujourd’hui l’anniversaire de la mort de Vladimir Illich, plus connu sous le nom de Lénine.

D.G.


Commentaires  (fermé)