Un déclin historique du chômage ?

jeudi 17 janvier 2008
par  siksatnam
popularité : 6%

Comment est-il possible en ce début d’année que le moral des français soit au plus bas, que la côte de popularité de Sarkozy soit en si net recul ? Ce n’est pourtant pas faute pour le gouvernement de ménager ses efforts afin de redonner la confiance aux Français…

Christine Lagarde, quant à elle, se veut résolument optimiste… Si l’on en croit notre ministre de l’économie, le nombre des demandeurs d’emploi est descendu à la fin de l’année sous la barre des 1.900.000, soit seulement 7,7 % de la population active… Elle présentait ces chiffres aux auditeurs de France Info la semaine dernière, avec la complicité bienveillante d’un servile journaliste maison, Jean Leymarie, pour ne pas le citer, qui n’y a rien trouvé à redire… Et elle en rajoutait même une louche, en qualifiant cette baisse comme, ni plus ni moins, un déclin historique du chômage… Mais dans ces conditions, puisque le retour au plein emploi semble être prévu pour après-demain, à quoi bon la réunion entre syndicats et MEDEF, visant à trouver un accord sur la « modernisation du marché du travail », avec, notamment, à la clé, une augmentation de la durée des périodes d’essai, et en clair, toujours plus de précarité, pardon de flexsécurité, pour les salariés ?

A moins que… A moins que, comme bon nombre de ses prédécesseurs, notre ministre de l’économie ne soit qu’une fieffée menteuse, et que le taux de chômage dans notre pays soit en fait beaucoup plus, infiniment plus élevé que 7,7% !

Car d’autres ont une vision un tantinet moins angélique de la situation de l’emploi en France… Ainsi, Fabienne Brutus… Elle est conseillère à l’emploi à l’ANPE, et à écrit en 2006 « Chômage, Des Secrets Bien Gardés », un pamphlet contre cette vénérable institution… Elle y dresse un bilan autrement plus sombre du marché du travail, du mode de fonctionnement de l’Agence Nationale Pour l’Emploi et des manipulations dont les chiffres que cette dernière présente font l’objet par les politiques et leurs relais médiatiques… Selon elle, ces chiffres, communiqués mensuellement, sont parfaitement biaisés… Sont « oubliés » dans cette comptabilité une immense frange de la population d’inscrits, qui n’apparaissent pas dans les statistiques… Ainsi, toute personne ayant travaillé ne serait-ce qu’une heure dans le mois passe à la trappe, de même celle qui ne recherche qu’ un emploi à mi-temps, ou bien encore l’individu, qui faute de mieux, entreprend une formation… D’après ce qu’elle nous affirme dans son livre, c’est -chiffres arrêtés au mois de Septembre 2005- 1.695.000 chômeurs qui n’étaient à l’époque pas comptabilisés… Inutile de préciser bien sûr que sont également négligés dans ces statistiques les Rmistes et autres accidentés de la vie, eux qui ont depuis longtemps renoncé à se battre sur un marché du travail tellement concurrentiel et inhumain…

L’ANPE, donc, est en train de devenir une gigantesque machine à broyer les chômeurs… Car faute de réussir à faire diminuer notablement le nombre de demandeurs d’emploi en leur proposant un retour effectif et durable dans le monde du travail, il existe d’autres solutions, comme celle de faire baisser les chiffres artificiellement en faisant, par exemple pression sur les intéressés, ou bien encore en procédant à des radiations massives…

D’après le site internet actuchômage.org, ce sont en 2006 26.000 inscrits à l’ANPE qui sont sortis chaque mois des listings, dont 5.000 seulement parce qu’ils ont retrouvé un emploi… 11.000 auraient quant à eux renoncé à leur inscription, trop contraignante… Quant aux 10.000 demandeurs restants, ces pauvres bougres auront, pour l’un, refusé un emploi à mi-temps à 100 kilomètres de chez lui, ou ne se sera pour l’autre pas donné la peine de répondre à une annonce proposant trois heures de ménage au Smic chez une personne âgée. Ceux-là seront purement et simplement radiés…

Car il est sans doute plus facile de pointer du doigt les « faux chômeurs qui profitent du système » que d’accepter de regarder en face les défaillances dudit système...

Alors certes, ces méthodes ne sont ni très orthodoxes, ni très morales, mais sans doute la direction de l’ANPE considère qu’ il est nécessaire que les chômeurs comprennent qu’il est important pour la majorité, de quelque bord qu’elle soit, de présenter un bilan comptable positif de son action, ce qui est d’ailleurs d’autant plus vrai à la veille des élections municipales…

D.G.


Commentaires  (fermé)

Logo de Antoine
lundi 21 janvier 2008 à 23h54 - par  Antoine

En Novembre 2007, 88288 personnes sortent des "chiffres du chômage" parce qu’elles ont retrouvé un boulot, et 214745 personnes sont virées des listes des demandeurs d’emploi parce que sanctionnées, radiées ou absentes à leur contrôle.CQFD.

chiffres extraits de données officielles disponibles ici