Flatter un électorat réactionnaire...

jeudi 21 février 2008
par  siksatnam
popularité : 4%

Ca y est ! Il était dans les cartons du ministère de la Justice depuis plusieurs mois, prêt à sortir au moment propice, et celui-ci est finalement arrivé… Voici que se présente sur nos écrans de télé la nouvelle superproduction des studios Sarkozy-Elysée Land, intitulée « Grand lessivage de banlieue »… Elle a mobilisé pas moins de mille figurants, des bleus pour la plupart… Et c’est la ville de Villiers-le-Bel qui a servi de décor grandeur nature à ce show d’avant-garde…

Le projet a été soutenu par une campagne de publicité sans précédant… Une attachée de presse, enthousiaste, nous confie : « C’est le grand show médiatique ! On a vraiment mis tous les moyens à notre disposition… Télé, radio, presse, la campagne de pub a été parfaite !… C’est la preuve que lorsque tout le monde y met de la bonne volonté, et qu’on tire tous dans le même sens, on peut y arriver… Bien sûr, il y aura toujours deux trois mauvaises langues pour dénigrer, mais c’est la loi du genre !

Interview imaginaire que l’on pourrait tout a fait envisager si nous étions à Hollywood…

Nous ne sommes pas à Hollywood, mais dans le Sarko-World…

Embourbé qu’il est dans une politique faussement sociale, avec des sondages qui le voient dévisser dans l’opinion publique, c’est l’occasion pour la talonnette de flatter son électorat réactionnaire, et de rappeler qu’il a été élu sur un programme sécuritaire largement emprunté au front national… L’objectif de tout ce cirque étant évidemment de sauver ce qui peut encore l’être concernant les élections municipales… Et tout cela se passe avec la complicité des médias collabos, qui font ce qu’on leur dit de faire, là où on leur dit de faire… Et il s’agit pour eux de retranscrire cette méga descente de flics, 31 unités tout de même par personne interpellée… C’est pas rien !

Le contraste est ainsi très grand entre les justiciables lambda, façon émeutiers de banlieue, et le haut du panier, les chefs d’entreprises et autre dirigeants, qui auront droit plus que jamais à un traitement de faveur dorénavant, car voici que se présente une nouvelle réforme de la justice française, qui va dépénaliser une bonne partie des délits financiers, afin, ouvrez les guillemets « de ne pas trop défavoriser les entreprises françaises par rapport à leurs homologues étrangères »…

Plus que jamais, autant se faire contrôler avec une valise de billets plutôt qu’avec un douze d’afghan dans la poche…

C’est sûrement ce que doit penser Dominique de Tallancé, navré pour la particule, qui, après dix ans passés au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, a choisi de s’en aller, dénonçant l’obstruction par le pouvoir en place des poursuites, affirmant ainsi que « le parquet, directement lié à l’exécutif est juge de l’opportunité des poursuites. C’est lui qui décide si telle ou telle affaire mérite d’être poursuivie ». Et elle ajoute : « Ce pôle financier est aujourd’hui vidé de sa substance… »

Ah bon… Liberté, Egalité, Fraternité, qu’y disaient pourtant dans la pub !

D.G.