N° 1 Septembre 2005

mardi 2 janvier 2007
par  Le Plombier
popularité : 6%

la rentrée…

Chaude ?
C
’est une véritable déclaration de guerre contre le code du travail que vient de nous faire le gouvernement Villepin/Sarkozy. En créant par voie de décret, cet été, le fameux contrat nouvelle embauche, le gouvernement/MEDEF interdit au salarié tout accès à une procédure prud’homale durant 2 ans. En clair, il peut être licencié sur simple lettre recommandée avec accusé de réception sans aucune possibilité de recours, contrairement aux contrats existants jusqu’alors dans le droit du travail. C’est donc une remise en cause directe du code du travail. De plus, la « garantie » que ce type de contrat ne se limiterait qu’aux seules entreprises de moins de 10 salariés s’est rapidement « mutée » sur un seuil de 20 salariés aujourd’hui… Et demain ?
Alors, bien sur, il y a eu quelques grincements des dents durant l’été et certaines confédérations syndicales nous ont promis une « rentrée chaude »… José Bové nous avait fait déjà le coup après le mouvement de défense des retraites...
Le scénario est déjà connu : appel à une journée de mobilisation, sans lendemain et bousculades dans les couloirs des ministères pour négocier on ne sait trop quoi...
Parallèlement, la gauche « noniste » et l’extrême gauche nous expliquent qu’on nous aurait volé notre victoire du non lors du référendum en ne changeant pas de politique. Vouloir nous faire croire qu’un simple vote suffirait pour convaincre les possédants de partager les richesses qu’ils nous volent relève de la pure escroquerie intellectuelle… Si « un autre monde » est possible, il ne passera sûrement pas le « miracle » du vote mais bien par nos luttes et la construction d’organisations interprofessionnelles qui relieront tous les secteurs de la société afin de poser les vrais questions (celles de l’accaparement des richesses et de la concentration des pouvoirs qui va avec). C’est ce prix là que nous la mettrons à bas…
E.S.

Alerte a l’ozone

Cette été, les données prévisionnelles ont montrées que les concentrations en ozone risquaient de dépasser le seuil de recommandation fixé à 180 microgramme par mètre cube d’air sur l’agglo. de Tours.
En application d’un arrêté préfectoral, ces données auraient entraîné une procédure d’info… (Enorme ! Il est toujours temps de s’affoler… quoi que…). Dans cette info, on a pu lire : « … la pollution atmosphérique urbaine peut, dans certaines conditions météorologiques entraîner des conséquences sur la santé. L’ozone fait partie des polluants repérés. » Sans blague !
Pour ceux qui ne le savent pas, sachez qu’au moment où le soleil apparaît, durant la fin de l’hiver austral, la teneur en ozone diminue de 40 à 60% et donc se situe à 20-25 km d’altitude, ce qui est insuffisant pour nous protéger des rayons U.V. et autres mutations génétiques, ni de préserver l’activité photosynthétique des plantes.
En clair, la pollution atmosphérique c’est quoi ?
Irritations oculaires, nasales et respiratoires… Les bronches et alvéoles sont largement ouverts sur l’extérieur et offrent aux nuisances une surface de 90 à 120 m². Les principales sources de pollution sont les fixes de combustions, les usines d’incinérations ménagers et industriels et le trafic automobile.
D’après l’Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale, il y aurait environ 5000 morts en France liés en grande partie aux rejets des voitures dont 6 à 11% des décès par cancer du poumon chez les plus de 30 ans, soit en moyenne 2500 victimes par an.
Il est évident qu’il ne faut attendre qu’il fasse 35° à l’ombre pour se préoccuper de la pollution atmosphérique, parce que lorsqu’on habite en centre ville et que l’on prend sa bagnole pour parcourir 200 m, j’estime que c’est « un peu » se foutre de la gueule du monde. Tout comme ceux qui vivent plus loin et qui veulent absolument se garer en plein centre, voire faire du shopping avec leur voiture s’ils pouvaient !
Bref ! La marche à pied et le vélo vous garderont en bonne santé (et nous aussi par la même occasion) et vous feront faire des économies. A bon entendeur…

C.G.

GENILLE

L
e (mauvais) feuilleton de l’été fut (pour celles et ceux qui ne l’aurait pas suivi) : la volonté du maire de Genillé de voir disparaître le festival qui animait l’été sa commune.
Rappelons que depuis 10 ans, cette petite commune du Lochois voyait se dérouler, début août, un festival à « dimension humaine » qui ne vivait que par la présence massive de bénévoles et qui ne se finançait que par ses entrées payantes.
A l’arrivée, un tas de bon souvenir, entre les rifs speedés des Wampas et les rythmes balancés des Femmouzes.T.
Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que l’actuel maire de Génillé (un ancien gendarme) ne vienne ne mettre ses godillots dans l’affaire. Pour ce monsieur, le festival n’était pas le bienvenu dans sa commune : il créait des nuisances, de l’insécurité, ramène une faune cosmopolite etc., etc., etc.…
Pour appuyer ses théories, les gendarmes de Loches (ses amis) ont fait comme par hasard une opération coup de poing. Une vingtaine de pandores ont réussi, le vendredi 5 août, les « prises du siècle » ! Quelques cachets d’ecstazy et quelques grammes de cannabis ! De quoi alimenter le marigot à phantasme du maire-gendarme de Genillé..
Et pourtant le dit festival ne déplaisait pas à tout le monde dans la commune. Pour les quelques commerçants du coin, c’était plutôt l’aubaine. Du coté des habitants, ce n’était pas non plus la levée de bouclier contre le festival. Mais le maire-gendarme souhaite avant tout ne voir que des têtes connues dans son village et surtout pas un bruit qui puisse changer le doux ronron des habitudes mortifères…
Qu’il se rassure ! Les organisateurs ont eu, eux aussi, leur dose de ce type de délires Sarkozyste. Ils cherchent une autre commune pour les héberger… Et en auraient trouvé plusieurs.
Des communes où le bleu horizon ne règne pas…

E.S.

En bref…

Le Roi de la Tolérance Zéro demande au président de la République une Tolérance pour rester à la tête du conseil général jusqu’à la présidentielle.

En effet, Sarkozy veut garder ses trois casquettes au moins jusqu’à l’automne 2006 : ministre de l’Intérieur, président de l’UMP et présider le conseil général des Hauts-de-Seine le plus longtemps possible. Au départ, il devait démissionner au mois d’octobre mais finalement il va gagner du temps ou du moins il va essayer ! Il y a bien une règle qui interdit à un ministre de cumuler sa fonction avec un mandat de maire ou de président d’un conseil général ou régional mais avec Sarko ils sont cinq en tout à le faire, alors… et puis après tout, les règles sont faites pour être contournées ?! Hein Nico ? Il a déjà prévenu ses potes qu’il ne pourrait pas démissionner avant le 25 septembre, vu que pour élire un nouveau président, l’assemblée départementale doit être au complet et une cantonale partielle doit avoir lieu les 18 et 25 septembre au Plessis-Robinson. Le Sarko est un animal prévoyant !!!
En résumer, le seule calendrier que le patron de l’UMP a en tête en ce moment c’est celui de l’élection présidentielle. Attendre la fin de l’année 2006 pour se défaire de tous ses mandats et se présenter aux élections ça ne vous rappelle pas un truc qui s’est passé il y a 10 ans ?

C.G.

La nouvelle Coloc’

Sarkosy confirme le regroupement de la DST, des RG et de la division antiterroriste de la PJ, le tout, dans le même immeuble. Ce déménagement devrait avoir lieu au cours du premier trimestre 2006. Selon les dires du ministre de l’Intérieur, ce rapprochement a pour but de « gagner en efficacité (…) il permettra davantage de perméabilité entre ces services (…) de mutualisation des moyens et d’échange de méthodes ». Tu m’étonnes !!!
Naturellement, la direction générale de la police nationale trouve que c’est une nécessité de renforcer le travail en commun. Comme ça ils pourront jouer à Enemy Territory en réseau interne histoire de réviser avant une intervention !

C.G.

Mirage ?

Le week-end du 15 août dernier, un « commando » a tagué pendant la nuit 3 avions civils, aux abords de la base militaire. A l’ombre des mirages en fleurs, de mystérieux individus ont pris plusieurs heures pour décorer les avions de slogans pacifistes (« Peace and love »).
A quelques mètres de là, le « site stratégique » de la base aérienne de Tours, pourtant en alerte rouge (pour cause de plan Vigipirate) n’a en rien été alerté par ces étranges peintres du dimanche…
D’un coté on nous « terrorise » avec le « terrorisme » et « l’insécurité », de l’autre, une bande de joyeux drilles peuvent se permettre de rester plusieurs heures sans être repérés près d’un des principaux sites stratégiques d’Indre et Loire.
Comme quoi, les « professionnels » qui nous « protègent » (on a rien demandé d’ailleurs !) sont de bien tristes pitres…
En attendant, des nouvelles jubilatoires de cet ordre, on en redemande !

E.S.

Pitoyable !

Qui est Christian Couté ? L’actuel maire UMP de Meung sur Loire, commune du Loiret, où vécu Gaston Couté, poète libertaire qui accompagna de près la CGT anarcho-syndicaliste.
Le Christian est-il un pâle rejeton de la lignée du célèbre Gaston, mort à Paris, en 1911 et dont la petite cité Beauceronne héberge le musée ? Je n’ose y penser bien, qu’en ce bas monde, le pire est toujours à venir... Le Christian en question a pondu un arrêté cet été interdisant aux jeunes de moins de 16 ans d’exister dans sa ville de 23 heures à 6 heures du matin, sous les applaudissements nourris des commerçants locaux qui en « avaient marre de l’insécurité »... En clair, les jeunes sont autorisés à se terrer durant les nuits d’été sinon c’est l’incarcération... De plus, l’olibrius a embauché des vigiles et installé des caméras pour bien surveiller « sa » cité...
Au début du 20ème siècle, c’étaient plutôt les militants syndicalistes révolutionnaires qui applaudissaient aux odes antimilitaristes et anarchistes de Gaston, le seul Couté dont l’histoire retiendra le nom…
Dans un de ses plus beaux textes, « Le gas qu’a perdu l’esprit », Gaston Couté lance à ce type d’engeance « Ohé là-bas ! Monsieur le Maire, disez-moué donc pourquoi donc faire, qu’on arrête les chemineux,

quant vous qui n’êtes qu’un voleux, et peut être pis encore,le gouvernement vous décore »… Tout est dit, n’est ce pas ?

E.S.

agenda

23-24-25 septembre : Bondiou D’Festival
Musique et Energies alternatives
à Sainte Maure de Touraine

24 septembre : « Sortir du nucléaire »
Manifestation nationale à 13h Hall des Expositions
A Bar-Le-Duc (Meuse)

30 septembre : Soirée débat sur la précarité
Salle Familiale des Fontaines à partir de 19h
Organisée par l’Union Syndicale Solidaire SUD 37
( repas 6 euros sur réservation ) Tel. 06 75 47 19 10


600 exemplaires
Rédaction :
Eric SIONNEAU
Fabienne TARDIVO
Céline GIL
Mustapha RAMDAME

Infographie et illustration :
Céline GIL

Le canard est à votre disposition au Donald’s pub, Buck Mulligan’s, Serpent volant, Barrio de la quinta luna, Teenage Kicks, Le Bergerac à Tours, les Studios, ainsi qu’au Café des Arts à Amboise.

Vous pouvez nous écrire à « Demain Le Grand Soir » Radio Béton 90, avenue Maginot 37100 Tours ou sur celine.l-gil@tiscali.fr
si vous avez des infos à faire passer à l’antenne.
Vous pouvez également recevoir le canard en nous envoyant une enveloppe timbrée libellée à votre nom et adresse, nous soutenir en nous envoyant des ramettes de papier.

Nous remercions : le groupe de Liaison Anarcho-syndicalistes, le collectif contre la venue du Pape à Tours, SUD-PTT, le groupe Eugène Bizeau des Libres Penseurs de Touraine qui nous ont soutenus.

Pour participer au départ groupé de Touraine (aller/retour dans la journée), contactez le réseau au : 02 47 92 56 70 (Serge).


Documents joints

Journal septembre 2005
Journal septembre 2005

Commentaires  (fermé)