Ce soir, je décide d’être de mauvais poil.

jeudi 10 avril 2008
par  siksatnam
popularité : 3%

Ce soir, je décide d’être de mauvais poil, voire même aigri, à l’occasion de ma chronique... Car écrire une chronique, c’est bien joli, mais encore faut-il pouvoir en trouver le thème... Et en l’occurrence, c’est pas gagné... Pourtant, vous allez me dire, ce ne sont pas les sujets qui manquent... Au contraire, il y en aurait même presque de trop... Mais des sujets inédits, c’est une denrée tout de suite un peu plus rare... Alors bien sûr, je pourrais décider de faire profil bas, et, mine de rien, de parler, comme la dernière fois, du Tibet, et par extension, du parcours de la flamme olympique, des manifestants pour les droits de l’homme, et de l’autre trou du cul de David Douillet, qu’a même pas pu courir, et que c’est ni à cause de son embonpoint, ni à cause des pièces jaunes qui encombrent ses poches... Nan, franchement, c’est pas l’envie qui m’en manque, mais décidément non...

Ou alors, on aurait pu parler des organismes génétiquement modifiés, pour dénoncer ces cochons de députés, qui sont en train de nous pondre une loi dans le dos qu’on pourrait tout aussi bien intituler "Bienvenue en France, les OGM"... Ben ça aussi, on en a déjà parlé y a pas très longtemps...

Autre hypothèse de travail, la guérilla des FARC... Vous savez, Ingrid Bettancourt, tout ça... Ah ça me revient... Si, si, des militants sud-américains sont venus témoigner sur le plateau assez récemment...

Ou alors... Oui, c’est ça... Je l’ai mon ordre du jour... Je vais parler des nuances sémantiques dont nous ont abreuvé président Sarkozy et l’adjudant Fillon depuis des semaines... Comme dirait l’autre, prenez vos cahiers et notez : Un plan d’économie sur les dépenses publiques n’est en aucun cas un plan de rigueur... D’ailleurs vous me le copierez 100 fois, pour la peine...

Mais sur quel ton faudra t’il vous le dire, réduire les effectifs dans l’éducation nationale, sabrer les remboursements de la sécu, ou bien encore augmenter la durée de cotisation des retraites, c’est pas pour le plaisir de faire du mal, c’est simplement un bon moyen de financer l’une des réformes phare de not’ bon président, à savoir le paquet fiscal... Parce que oui, vous êtes bien gentils, vous autres, les pauvres, qui vous plaignez sans arrêt de la diminution de votre pouvoir d’achat, que tout augmente, que la vie est de plus en plus dure... Pourtant, vous deviez bien avoir une petite idée sur la question, quand vous avez mis votre bulletin Sarko dans l’urne, espèces d’ânes battés... Mais qu’est ce que vous croyez, vous êtes pas les seuls à avoir des problèmes... Et les riches, est-ce que vous y pensez un instant seulement, aux riches... Parce qu’eux aussi, ils ont des problèmes, et c’est ça que vous vous voudrez jamais comprendre... Vous croyez peut-être que c’est drôle de devoir sans cesse ouvrir des comptes dans des paradis fiscaux, ou d’avoir à se dire qu’on a fait une erreur en plaçant des millions d’euros dans l’immobilier alors que ça va de plus en plus mal dans le secteur... Alors quand vous comprendrez ça, il sera temps d’en débattre...

Et d’ici là, estimez-vous heureux que le mot allocataire existe encore, parce que ça pourrait bien ne pas durer !

D.G.