N° 2 Octobre 2005

mercredi 3 janvier 2007
par  Le Plombier
popularité : 2%

Guerre a la guerre de démolition sociale

Il n’y a malheureusement guère le choix, confronté à un gouvernement de choc, de classe, au service des seuls possédants et actionnaires mondialisés avides de toujours plus de profit. Nous sommes contraints d’y faire face. Cette guerre semble, en l’état actuel, un rapport de force inégal. L’adversaire dispose de tout l’arsenal médiatique, de relais inimaginables et évidemment de l’outil répressif. Mais qu’on ne s’y trompe pas, malgré les pertes subies, la colère monte parmi de nombreux salariés qui se rendent bien compte que même en disposant d’un emploi stable, ils n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Et ce d’autant plus qu’ils ont du consentir depuis de nombreuses années beaucoup de sacrifices (chômage, précarité, bas salaire…).
Les réactions contre cette politique ne manquent pas, mais elles ne sont jamais coordonnées. Les directions syndicales refusent de les unifier, elles savent que dans cette confrontation, elles perdraient des plumes. Raison de plus pour que les syndicats unitaires poussent à cette coordination des luttes. Les dernières grèves et manifestations sont dans la tête de tous, les salariés prennent de plus en plus conscience que les journées d’action, si elles sont nécessaires, ne suffiront pas a faire reculer Medef et gouvernement.
Nous devons être au coté de tous ceux qui luttent contre cette politique et participer à cette prise de conscience, en faisant des propositions contre l’éparpillement des luttes, le chacun pour soi, boîte par boîte et convaincre du nécessaire renforcement d’un syndicalisme fidèle aux seuls intérêts des travailleurs comme le Medef l’est à celui du patronat.

M.R.

Une grande dame est morte
Françoise d’Eaubonne est morte le 3 août dernier. La vie de cette femme prolifique, auteure de plus de cinquante livres (romans, biographies, essais et poésie), a été marquée par ses multiples engagements pour la liberté. Elle est née en 1920 à Paris de l’union d’une espagnole venant d’une famille révolutionnaire et d’un français anarcho-syndicaliste. Pendant la guerre, elle participe à la résistante dans le Sud-Ouest. Ensuite, elle fait un court passage au PC. En 1960, elle rejoint le combat des insoumis à la guerre d’Algérie et signe le Manifeste des 121.
Pour ce qui est du féminisme, c’est en 1949, à la lecture du livre de Simone de Beauvoir « Le deuxième sexe » qu’elle fonde son engagement qui dura tout au long de sa vie. Dans les années 60, elle participe au lancement du MLF (Mouvement de libération des femmes). En 1971, elle fonde avec l’écrivain homosexuel Guy Hocquenghem le FHAR (front homosexuel d’action révolutionnaire), un mouvement radical qui revendique le droit à l’homosexualité pour les deux sexes. En 1978, elle lance le mouvement Ecologie et Féminisme et théorise l’éco-féminisme.
Françoise d’Eaubonne nous rendait visite à Tours en septembre 1997 dans le cadre de la manifestation contre la venue du pape. C’était une femme libre et libertaire dont nous nous devons de poursuivre le travail.
F.T.
Tout savoir, tout voir, tout contrôler …

Un avant-projet de loi antiterroriste doit être présenté le 19 octobre au conseil des ministres.
L’arsenal législatif grandi : vidéosurveillance au service des personnes morales et physiques ; contrôle des déplacements renforcé ; téléphone et internet contrôlés avec données de connexion enregistrées ;
plus de fichiers à la disposition de la police…
Evidemment sous le couvert de lutte contre le terrorisme…nos libertés partent en fumée !

C.G.
En bref…Mirage ?
collectifs

Fin août, se tenait à Cangey, une réunion publique destinée à mobiliser la population face au changement de statut de la poste locale. En effet, cette dernière devait être tranformée en "Relais Poste" par la Direction départementale de La Poste. Ce "Relais Poste" concrétise l’abandon des prégogatives du service public par un ersatz de "services" rendus par l’épicerie locale...
La mobilisation, voulue par l’UL CGT d’Amboise/Bléré fut au rendez-vous puisque la salle des fêtes était comble ; remplie par les habitants et par une forte présence de militant(e)s CGT/PC qui passèrent une bonne partie de la réunion à se donner mutuellement la parole... Parallèlement, durant ce même été, les habitants de Chanceaux se mobilisèrent pour la même cause, autour d’un "collectif citoyen" appuyé par les deux syndicats de postiers qu’il s’était "choisi", la CGT et FO, en faisant bien attention "d’oublier" les autres... Cette curieuse attitude s’explique facilement lorsque l’on sait que ce dit collectif est animé par les dinosaures du "Parti des Travailleurs"...
Enfin, un troisième pôle de mobilisation existe autour de Chinon, où un collectif, non sectaire celui là, multiplie les réunions publiques face au désengagement de La Poste vis à vis de cette partie du territoire. Depuis le début de l’année, de nombreuses réunions ont été organisées dans les villages du Chinonais, réunissant plusieurs centaines de personnes.
A l’arrivée, on s’aperçoit qu’il existe sur le département un véritable mouvement en faveur de la défense du service public mais que celui ci est particulièrement divisé. Entre une CGT qui se revendique de la mobilisation nationale de cet hiver à Guéret (alors que localement, elle n’a absolument rien fait pour mobiliser là dessus), un PT qui joue son jeu de politicien trouble et des citoyens Chinonais très actifs mais un peu isolés, la direction départementale de La Poste peut continuer son jeu de massacre. A l’arrivée, les deux tiers des bureaux ruraux du département devraient y laisser leurs peaux et ceci, fin 2006...

E.S.

Nouveau joujou…

Le Tazer X26 est la nouvelle « arme de poing » de la police nationale. Le pistolet paralysant sera distribué à plus de 3000 exemplaires d’ici 2007. D’une portée de 6,50m, il projette deux fils à aiguilles transmettant une décharge de 50 000 volts.
Le ministre de l’Intérieur en est tout émoustillé, vantant les mérites d’une « arme anti-bavure », sans « effet secondaire ». Mais Sarkozy et les syndicats de flics se gardent bien de parler des souffrances provoquées par les crampes violentes dues à la décharge électrique. En fait, il suffit de presser un bouton pour infliger une torture sans laisser de traces… C.G.
600 exemplaires

Rédaction :
Eric SIONNEAU
Fabienne TARDIVO
Céline GIL
Mustapha RAMDAME

Infographie :
Céline GIL

Le canard est à votre disposition au Donald’s pub, Buck Mulligan’s, Serpent volant, Barrio de la quinta luna, Teenage Kicks, Le Bergerac à Tours, les Studios, ainsi qu’au Café des Arts à Amboise.

Vous pouvez nous écrire à « Demain Le Grand Soir » Radio Béton 90, avenue Maginot 37100 Tours ou sur celine.l-gil@tiscali.fr
si vous avez des infos à faire passer à l’antenne.
Vous pouvez également recevoir le canard en nous envoyant une enveloppe timbrée libellée à vos nom et adresse, nous soutenir en nous envoyant des ramettes de papier.

Nous remercions : le groupe de Liaison Anarcho-syndicalistes, le collectif contre la venue du Pape à Tours, SUD-PTT, le groupe Eugène Bizeau des Libres Penseurs de Touraine qui
nous ont soutenus.


Documents joints

journal octobre 2005
journal octobre 2005

Commentaires  (fermé)