POUR UN PREMIER MAI LIBERTAIRE (comme en 68 !)

mercredi 23 avril 2008
par  siksatnam
popularité : 5%

Alors que les libertaires n’ont jamais été aussi nombreux à Tours, leur visibilité, paradoxalement, n’a jamais été aussi faible. Nous nous trouvons dans un contexte politique et social trouble où, face à une droite décomplexée et une gauche soumise aux intérêts du capital, l’organisation collective des exploité-e-s n’a jamais été aussi faible.

Alors qu’il serait tentant de se laisser prendre aux pièges du réformisme, de l’électoralisme et de la délégation, nous pensons qu’il est temps de faire à nouveau entendre en Indre-et-Loire des voix différentes, porteuses des idées de révolution sociale, de démocratie directe, d’autogestion et d’autonomie du mouvement social. Pour nous donner à nouveau une visibilité, nous entendons profiter de la manifestation du 1er mai pour apparaître en cortège, nous retrouver, discuter, faire entendre nos idées...

En ce sens, nous appelons toutes les personnes et organisations de la mouvance anti-autoritaire présentes sur Tours à participer au cortège libertaire à Tours le 1er mai.

Rendez– vous : 10H, PLACE ANATOLE FRANCE, TOURS.

Alternative Libertaire 37, Les Amis De Demain Le Grand Soir, Fédération Anarchiste


Commentaires  (fermé)

Brèves

24 février - La décroyance ou comment je suis devenu athée sans me fâcher avec ma famille

Coexister est l’association interconvictionnelle des jeunes pour créer du lien social. Il y a (...)

31 janvier - Sanitas palace !

Quand on veux tuer son chien, on dit qu’il a la rage !
La Direction de la cohésion Sociale et la (...)

10 avril 2016 - De la servitude moderne

Après le documentaire du même nom réalisé en 2009, « de la servitude moderne » est maintenant (...)

8 avril 2016 - LE DROIT D’AUTEUR ET NOUS AU NOM DE L’...

LE DROIT D’AUTEUR ET NOUS
AU NOM DE L’ EXCEPTION CULTURELLE FRANCAISE NATIONALE, LES CONSEILS (...)

16 septembre 2015 -  OSEZ LE SOCIALIQUE

Bonjour à tous, et à toutes
Mon site /mouvement OSEZ LE SOCIALIQUE est en ligne !
Ils parlent (...)