Sacré Pascal Lamy !

vendredi 16 janvier 2009
par  siksatnam
popularité : 2%

Je sais pas ce que vous en pensez, mais il me semble que l’année 2009 commence bien laborieusement. Et d’ailleurs elle commence encore bien plus laborieusement pour certains que pour d’autres, cf Israel, qui n’en finit pas d’envahir la bande de Gaza, ou tout du moins le Hamas, dans le silence tout en retenue et en compassion de la communauté internationale...

Pour preuve, Barack Obama, qui a entre parenthèses démontré pour l’occasion qu’il est décidément un roi de la com’, a refusé de prendre position avant son arrivée effective au pouvoir le 20 janvier. Ce silence est-il une preuve de maturité politique ? A moins qu’il ne s’agisse là que d’inviter le pouvoir israelien à finir le boulot rapidement, avant sa prise de fonction ?

La Talonette, de son côté, soucieuse de redorer son image, après une fin d’année 2008 difficile, s’est récemment drapée du costume de "président de pays riche qui prend ses responsabilités", en se fendant d’une visite à son homologue égyptien, et, rien moins que ça, de proposer dans la foulée un plan de cesser-le-feu, préparé à la sauvette, sur un coin de table, le tout entre deux appels désespérés d’une certaine Roselyne B., histérique et au bord de la crise de nerfs, après plusieurs grosses déconvenues professionnelles.

Les journaux français, eux, se perdent en ce moment en conjectures quant à la teneur des armes utilisées par Tsahal pour mettre sur la gueule des palestiniens... Autorisées, pas autorisées, ces armes ? Parce que, et c’est bien d’éclairer des néophites tels que moi, figurez-vous qu’il y a des règles, en matière de guerre, si bien qu’on ne fait pas tout ce qu’on veut. Quand on zigouille, on ne doit pas faire pas ça n’importe comment... Un peu comme pour la boxe... En boxe, par exemple, il est formellement interdit de donner des coups de pied dans les couilles... Et bien là c’est pareil... Et l’ONU pourrait être considérée comme une sorte de fédération internationale de guerre, garante des lois du genre...

Mais je m’égare. Donc les journaux se perdent en supputations concernant les armes utilisées par Israël, et tandis qu’ils occupent le temps de cerveau disponible de leur auditoire de cette manière, évitent habilement des sujets beaucoup plus brûlants et polémiques, tels que le bien-fondé et la légitimité de l’attaque israelienne. Soucieux de ne froisser personne, les médias de masse se gardent bien d’avoir une approche historique et globale du conflit proche oriental.

Ben Laden, sous réserve, précise France Inter, que le document audio reçu par plusieurs médias islamistes soit authentifié, Ben Laden, donc, appelle quant-à lui Gaza à cesser le combat. Ben ça alors ! Il est pas mort, Ben Laden ? Et en plus, il serait devenu pacifiste ?

J’vais vous dire, moi, tout ça, ses prises de positions, à Ben Laden, ses actions para-militaires, ça me fait bien rire, vu le flash que j’ai eu le soir du réveillon du 31... Il était 22 heures 2 minutes précises, j’allais chercher les huitres dans la cuisine, quand tout à coup, l’illumination ! Dans un éclair de lucidité, je prends conscience que Ben Laden n’existe pas, c’est un personnage fictif, créé par Hollywood, selon les ordres de la CIA, et joué par un acteur de second plan, méconnaissable après être passé au maquillage.

Pour en revenir à la guerre, les chars d’assaut israeliens qui viennent faire une visite de courtoisie aux roquettes palestiniennes, les civils qui s’en prennent plein la tronche, c’est somme toute assez routinier...

Malgré tout cela, sourire de la semaine quand même, et fermez le ban. Aujourd’hui, c’est un quizz. Qui a déclaré :

"Mon principe à moi, c’est qu’il ne faut pas renoncer à des alternatives au capitalisme. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas trouvé jusqu’à présent d’autre système qu’il ne faut pas continuer à chercher, car ce système est quand même très très injuste". Il ajoute : "Il faut reconnaître que ce système (...) qui crée de l’injustice, et on le sait depuis 200 ans, ce système mérite d’être changé".

Personne ? C’est Pascal Lamy, directeur de l’Organisation Mondiale du Commerce. Un sacré visionnaire, celui-là ! Et qui n’a pas peur de mouiller le maillot, en réformant de l’intérieur.

D.G.


Commentaires  (fermé)