CE N’EST PAS LA RUE QUI GOUVERNE

dimanche 18 février 2007
par  siksatnam
popularité : 5%

CENTRE CULTUREL de SAINT-PIERRE des CORPS
31 avenue de la République ( parking place de la Mairie )

OUVERTURE D’UN CHANTIER/THEATRE

Avec Patrick HARIVEL et Alain LECLERC

CE N’EST PAS LA RUE QUI GOUVERNE

L’action se passe dans « l’île des esclaves », une sorte de République
ayant pour devise :
« Un Président fort pour un peuple fort ».
Et le fait est que chaque jour, sur tous les écrans de télévision, le
Président est là plutôt deux fois qu’une ; il prétend notamment être le
seul à pouvoir régler tous les problèmes avec une arrogance imbécile qui
ne fait rien d’autre que révéler son insignifiance.
Pourquoi faut-il que les peuples aient toujours besoin d’être dirigés par
des Rois, des Empereurs ou les Présidents ?
Il est écrit dans la Constitution que cette République a pour principe : « 
Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Sans préciser
quel sens on doit donner à l’expression « pour le peuple ».
Il faut évidemment comprendre « au profit du peuple ».
Mais qu’advient-il si l’action du gouvernement se trouve, par malheur,
dirigée « contre » le peuple ? ou simplement s’exerce « à la place » du
peuple, sans lui demander son avis ?

Vous pouvez également intervenir sur chantier.theatre@free.fr



Commentaires  (fermé)

Brèves

20 avril - NOUVEAU ET INTERESSANT :

Désormais l’émission est diffusée aussi sur les ondes de Radio Fréquence Luynes (RFL 101) chaque (...)

24 janvier - Demain Le Grand Soir fait son 68 !

A l’occasion des 50 ans de mai/juin 1968, l’émission de Radio Béton, « Demain Le Grand Soir » (...)

24 février 2017 - La décroyance ou comment je suis devenu athée sans me fâcher avec ma famille

Coexister est l’association interconvictionnelle des jeunes pour créer du lien social. Il y a (...)

31 janvier 2017 - Sanitas palace !

Quand on veux tuer son chien, on dit qu’il a la rage !
La Direction de la cohésion Sociale et la (...)

10 avril 2016 - De la servitude moderne

Après le documentaire du même nom réalisé en 2009, « de la servitude moderne » est maintenant (...)