Par quoi on commence ?

dimanche 3 mai 2009
par  siksatnam
popularité : 2%

Avant toute chose, petit message à l’adresse de l’auditeur et néanmoins ami qui a estimé ma chronique de la semaine dernière bien tendre et pas assez mordante… Alors écoute, bonhomme, sache que et d’une, la tendresse et la gentillesse sont inscrites au plus profond de mon patrimoine génétique, et que, de deux, tu m’as affirmé n’avoir entendu que la fin de ma chronique, sans t’être seulement posé la question de savoir si par hasard je n’avais été plus virulent dans la première partie de celle-ci. D’où ta tragique erreur d’appréciation… Alors ami auditeur, toi si prompt au persiflage et à la médisance, seulement un petit conseil : Modère ton propos, parce que ma gentillesse, aussi patente et indéniable soit elle, a elle aussi ses limites et je pourrais tout à fait me retrouver à t’initier aux arts martiaux dans le terrain vague, sachant que j’ai déjà le nunchaku qui me démange !

Bon ! Toute polémique mise à part, revenons à nos moutons ! Petite semaine, au niveau information, essentiellement marquée par les futures élections européennes, dont tout le monde se contrefout, mais, c’est comme ça, il faut bien faire avec…

Par quoi on commence ? Le traumatisme vécu par les militants UMP, à bord de leur caravane de campagne, caillassée, du moins si l’on en croit leur secrétaire général, Xavier Bertrand, par des extrémistes de gauche… Caillassage, c’est en effet le mot, car pas moins de trois œufs, pas pourris, toutefois, ont atterri sur le véhicule…

Mais enfin ! Quel besoin ont les militants UMP d’aller frayer dans la rue au contact de la plèbe, tandis que ce parti dispose d’un VRP de luxe, la Talonnette, qui, avec l’aide de ses amis patrons de presse, cadenasse l’information avec tant de maestria ?

Et oui, car c’est comme ça… Ce petit couac de communication n’est qu’un accident… Depuis l’éclatante victoire à la présidentielle il y a deux ans, manipulation, propagande sécuritaire, et autres joyeusetés destinées à flatter les plus bas instincts de l’électorat front national sont de mise, avec le soutien des médias collaborationnistes… Alors, si la victoire est au bout, pourquoi changer une formule qui marche ?

En tout cas, si Xavier Bertrand a un problème d’objectivité, sinon de mythomanie, ce n’est certainement pas le cas de François Fillon, qui tire sur l’ambulance d’un parti socialiste à l’agonie, et qualifie les propositions pour l’Europe du P.S. de vide sidéral… N’en déplaise à Martine Aubry, qui s’est vaguement scandalisée ce matin de cette prise de position, mais préfère cependant chercher des noises à l’ennemi de classe Besancenot et à ses troupes d’anti- capitalistes, plutôt qu’à ses adversaires, mais néanmoins amis, du pouvoir en place…

L’actualité, c’est également, tandis que, toujours en marge des européennes, l’UMP vient d’être condamné pour contrefaçon, après avoir utilisé une chanson pour ses meetings sans l’accord de ses créateurs, l’actualité donc, c’est également le retour devant les députés de la loi contre le téléchargement illégal, rejetée il y a quelques jours en première lecture par les socialistes… A ce sujet il est d’ailleurs permis de se poser la question de savoir si, à l’image de ce qui ce fait de plus en plus dans notre beau pays, des caméras de vidéo- surveillance ont été installées dans les moindres recoins du bâtiment d’état, afin d’empêcher les débordements auxquels on assista la semaine dernière.

Rappelons que l’objectif de la loi Hadopi, si l’on fait preuve d’un tout petit peu, mais presque pas, de mauvaise foi, consiste à permettre à Johnny Hallyday de toucher ses royalties, jusqu’au dernier centime, et nettes d’impôts, bien sûr, car de façon suffisamment intelligente pour ne pas avoir à cotiser pour financer les infrastructures publiques, donc issues des impôts, dont ont besoin ses nombreux fans, telles que l’écoles ou les hôpitaux…

Les hôpitaux, tiens, on pourrait en parler aussi, tandis que la grippe porcine, H5N1, voyez comme je suis documenté, a fait une apparition remarquée dans l’actualité, et va bientôt tourner à la psychose…

Mais du côté des personnels hospitaliers, la psychose, elle prendrait plutôt l’apparence d’un tailleur rose avec Roselyne Bachelot à l’intérieur… Le démantèlement du système de soins qu’elle organise chaque jour un peu plus a mis aujourd’hui tout le personnel de l’hôpital public dans la rue, de l’anonyme aide-soignant au professeur le plus réputé…

On termine maintenant par le soupir de la semaine, qui se passe de tout commentaire… Au Burundi, dont on ne sait pas grand-chose, même pas que la religion catholique est largement majoritaire, une loi vient d’être promulguée, malgré l’opposition du sénat, criminalisant l’homosexualité…

D.G.


Commentaires  (fermé)