Trois policiers démasqués dans le mouvement anarchiste, antifasciste et écologiste

lundi 6 juin 2011
par  siksatnam
popularité : 4%

À la fin 2010, trois policiers infiltrés dans les milieux anarchistes, antifascistes et écologistes anglais ont été démasqués. Ils étaient actifs dans divers groupes et mouvements depuis 2003.

Le premier, connu sous le nom de Mark Stone (Mark Kennedy de son vrai nom) a approché le centres sociaux anglais en 2004 en y distribuant du café zapatiste depuis l’Allemagne. La même année, il s’est impliqué dans divers groupes en Irlande et a participé au Premier Mai ainsi qu’à des actions contre le G8 en Écosse et la venue de George W. Bush à Dromoland. En 2005, il a organisé le transport des activiste du réseau Dissent ! jusqu’au camp contre le G8 en Écosse. En 2006, il s’est engagé dans des groupes pour la justice climatique. Pendant cette période, ces groupes ont été particulièrement ciblé par la police.

Au niveau international, il était aussi actif dans des groupes radicaux de Berlin durant la période qui a précédé le G8 à Heligendam. Il a fait la promotion actives de violence dans le centre commercial de Berlin. Il a pris part aux émeutes autour de l’évacuation de l’Ungdomshuset à Copenhague.

Grâce aux liens tissés avec les anarchistes danois, il était bien placé pour informer sur l’engagement des activistes anglais dans les contre-manifestations aux négociations COP13 en 2009. La même année, il s’est engagé dans l’antifascisme et a encouragé les activiste anti-English Defence League à attaquer les autocars transportant les membres de la ligue en 2010. Finalement, il a participé à une rencontre de défenseurs des droits des animaux à Milan.

Aujourd’hui, il travaille dans l’espionnage privé et collabore avec une agence qui regroupe des anciens membres de la police politique anglaise. Ses activités ont filtré dans la presse en janvier 2011 suite au fiasco d’un procès contre des activistes anglais.

La seconde, Lynn Watson (véritable identité inconnue) s’est rendue à une manifestation à proximité de la fabrique d’armes nucléaires d’Aldermaston à la fin 2003. Elle a rejoint un groupe affinitaire anti-nucléaire, Trident Ploughshares, à la suite de cela. Elle participe ensuite à un entrainement non-violent (dont un des formateurs avait été accueilli avec un mandat d’arrêt dès son arrivée en ferry) et à une réunion de planning de TP.

En 2004, elle se rend à Aldermaston au Womens Peace Camp et a été très active dans la campagne d’action directe "Block the Builders." En 2005, elle déménage à Leeds et participe à des groupes d’activisme environnemental liés au centre social anarchiste, The Common Place. Elle fait partie du groupe chargé de l’organisation des campements "Camp for Climate" de 2006 à 2008.

Elle était aussi membre du collectif de médecins UK Action qui donnait des soins à la communauté d’action directe. Elle accueillait des réunions du groupe dans sa maison à Leeds et servait de contact aux médecins qui s’étaient rendu en Russie pour le G8 et connaissait donc l’adresse où ils résidaient.

Finalement, elle était membre de la Rebel Clown Army (il n’est cependant pas clair si son rôle leur a permis d’être plus efficaces)

Le troisième, Marco ou Mark Jacobs (véritable identité inconnue) a infiltré le réseau Dissent ! contre le G8 de Brighton en 2004. Soupçonné d’être un policier, il part à Cardiff où il infiltre le Cardiff Anarchist Network (CAN). Il encourage les dissensions idéologiques et personnelles au sein du CAN.

Usant de son réseau, il s’engage ensuite dans le réseau Rising Tide. Il était au centre d’une série de descentes de police et d’arrestations qui visaient des activistes pour la justice climatique, y compris une dans son propre appartement. Il était aussi engagé dans les campagnes No Border et prenait le procès-verbal des réunions nationales. Il connaissait les blocages réussis des No Borders pour empêcher les descentes de la police des frontières dans des familles.

Avec "Mark Stone", il participe en Pologne à la réunion de préparation qui précède le G8 d’Heligendam). Sur tous les anglais présents à cette réunion, il semblerait donc qu’un seul n’ait pas été un policier. Il voyage ensuite avec les activiste britanniques jusqu’en Allemagne pour s’opposer au G8 et s’engage activement dans le bloc autonome à Redelich. En 2009, il se rend à Dijon avec "Mark Stone" aux réunions de préparation de l’Anti-OTAN de Strasbourg. Il met sur pied le site web qui promeut cette action.

Il quitte précipitamment Saint Petersbourg pendant le G8, mais demeure en contact avec les activistes du CAN restés sur place.

Vers la fin de sa carrière à Cardiff, ses amis le considéraient comme suspect et le tenaient à l’écart des discussions sensibles. Ironiquement, parmi ces discussions se trouvait celle sur le Camp for Climate 2008 à laquelle participaient les deux autres policiers infiltrés.

Traduit et adapté d’ Indymedia UK

Compléments d’information sur Monitoring European Police !.



Brèves

24 février - La décroyance ou comment je suis devenu athée sans me fâcher avec ma famille

Coexister est l’association interconvictionnelle des jeunes pour créer du lien social. Il y a (...)

31 janvier - Sanitas palace !

Quand on veux tuer son chien, on dit qu’il a la rage !
La Direction de la cohésion Sociale et la (...)

10 avril 2016 - De la servitude moderne

Après le documentaire du même nom réalisé en 2009, « de la servitude moderne » est maintenant (...)

8 avril 2016 - LE DROIT D’AUTEUR ET NOUS AU NOM DE L’...

LE DROIT D’AUTEUR ET NOUS
AU NOM DE L’ EXCEPTION CULTURELLE FRANCAISE NATIONALE, LES CONSEILS (...)

16 septembre 2015 -  OSEZ LE SOCIALIQUE

Bonjour à tous, et à toutes
Mon site /mouvement OSEZ LE SOCIALIQUE est en ligne !
Ils parlent (...)