Répression syndicale à La Poste d’Indre et Loire.

mercredi 8 juin 2011
par  siksatnam
popularité : 4%

La Poste a décidé de réunir un conseil de discipline contre Didier Cechella, facteur à Tours Marceau et militant à SUD-PTT.

On se souvient qu’en avril 2011, ce bureau était parti en grève sauvage pendant deux jours suite à l’annonce de cette sanction contre Didier.

La direction demande 6 mois d’exclusion du service pour des faits uniquement dus à l’incurie dans lesquels se trouvent désormais les postiers pour travailler.

C’est, en vérité, un fait grave de répression syndicale qui se vérifie aussi coté enseigne puisque deux autres adhérents de la CGT sont sous le coup, pour l’un, d’un licenciement abusif et pour l’autre, d’une menace de révocation.

Une pétition en faveur de Didier a déjà recueillie plus de 1400 signatures (900 sur support papiers, 500 en ligne).

SUD-PTT et la CGT FATP appellent à la grève et à un rassemblement le vendredi 10 juin, jour du conseil de discipline de Didier.

Un rassemblement est organisé, rue Flemming, à Tours, au pied de la direction du courrier, à 13h45, pour soutenir ce dernier.

Didier Cechella fait partie aussi des Amis de Demain Le Grand Soir.

Voir ci dessous la pétition en ligne et en PJ le tract unitaire d’appel.

http://www.solidaires37.org/spip.php?article549


Brèves

20 avril - NOUVEAU ET INTERESSANT :

Désormais l’émission est diffusée aussi sur les ondes de Radio Fréquence Luynes (RFL 101) chaque (...)

24 janvier - Demain Le Grand Soir fait son 68 !

A l’occasion des 50 ans de mai/juin 1968, l’émission de Radio Béton, « Demain Le Grand Soir » (...)

24 février 2017 - La décroyance ou comment je suis devenu athée sans me fâcher avec ma famille

Coexister est l’association interconvictionnelle des jeunes pour créer du lien social. Il y a (...)

31 janvier 2017 - Sanitas palace !

Quand on veux tuer son chien, on dit qu’il a la rage !
La Direction de la cohésion Sociale et la (...)

10 avril 2016 - De la servitude moderne

Après le documentaire du même nom réalisé en 2009, « de la servitude moderne » est maintenant (...)