PSA-Aulnay : le FN rate son opération

Une dizaine de militants FN ont voulu tracter lundi 27 juin à PSA-Aulnay
mardi 2 août 2011
par  siksatnam
popularité : 4%

Tentative de tractage du FN sur le site PSA d’Aulnay-sous-Bois

Le FN avait prévu lundi 27 juin de faire une diffusion de tracts devant l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), une usine menacée de fermeture, comme l’a révélé la CGT, ce que dément de manière alambiquée et pas vraiment convaincante la direction du groupe automobile.

Rendez-vous était donc pris porte 3 en tout début d’après-midi au moment du changement d’équipe. Une petite dizaine de militants frontistes -tous extérieurs à l’usine- se sont rendus sur place emmenés par Cyril Bozonnet, le responsable FN d’Aubervilliers, et par Gilles Clavel, le secrétaire départemental du 93. Un "comité d’accueil" beaucoup plus important en nombre les y attendait, formé de syndicalistes SUD et CGT locaux auxquels s’étaient joints des militants du NPA d’Olivier Besancenot.

Après une longue période d’observation des deux côtés du site, et à l’arrivée des premiers cars des équipes de l’après-midi, Cyril Bozonnet donnait le signal. "On va aller à la rencontre des masses laborieuses" intimait-il à sa petite troupe. "Non aux délocalisations !, il faut sauver PSA à Aulnay", "Délocalisations = licenciements, une solution : la Nation !", "Ne laissons pas mourir nos industries ; avec Marine Le Pen, remettons l’économie au service des Français", pouvait-on lire sur les tracts du FN. Des tracts qui ont vite fait de rejoindre le bitume, après qu’un détachement de syndiqués SUD et de quelques NPA a déboulé au tout début de la diffusion. Bousculades, empoignades, cris : "FN dégage", "On veut pas des fascistes", d’un côté ; "Collabos", "On est en démocratie", de l’autre.

Dialogue. - "Vous vous trompez de combat. On vient là pour donner un coup de main aux salariés !

- Vous n’avez rien à faire ici !

- Dans trois ans, vous avez plus d’usine !

- C’est nouveau que les fascistes défendent les ouvriers ! Dehors !"

Pendant ce temps là, cars, voitures et motos s’engouffrent dans l’usine, saluant de la main ou du klaxon, les syndicalistes à l’entrée, dont Mohamed Khenniche, le secrétaire général de SUD-Peugeot Citroën Aulnay. Lesquels distribuent leurs propres tracts en réponse. Devant l’entrée, ils sont en grande majorité, noirs ou maghrébins. Ce qui déclenchera la réflexion à voix haute d’une militante frontiste, évoquant l’éventuelle fermeture du site : "Ils vont être contents, ils vont toucher et les allocs et le chômage". Les militants du FN partiront quelques minutes plus tard.

Un peu plus tôt, Philippe Julien de la CGT, rappelait qu’il y avait une tradition de syndicalisme qui a parfois flirté avec l’extrême droite à PSA-Aulnay. Il citait les scores du SIA (syndicat indépendant de l’automobile) - qui a pris le relais des anciennes structures CSL et CFT- : 36% dans le collège ouvrier et 40% tous collèges confondus.



Brèves

20 avril - NOUVEAU ET INTERESSANT :

Désormais l’émission est diffusée aussi sur les ondes de Radio Fréquence Luynes (RFL 101) chaque (...)

24 janvier - Demain Le Grand Soir fait son 68 !

A l’occasion des 50 ans de mai/juin 1968, l’émission de Radio Béton, « Demain Le Grand Soir » (...)

24 février 2017 - La décroyance ou comment je suis devenu athée sans me fâcher avec ma famille

Coexister est l’association interconvictionnelle des jeunes pour créer du lien social. Il y a (...)

31 janvier 2017 - Sanitas palace !

Quand on veux tuer son chien, on dit qu’il a la rage !
La Direction de la cohésion Sociale et la (...)

10 avril 2016 - De la servitude moderne

Après le documentaire du même nom réalisé en 2009, « de la servitude moderne » est maintenant (...)