Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir, l’émission hebdomadaire sur "Radio béton", 93,6 MGH (tous les mercredis de 19 à 20 h sauf en juillet/août). Informations et débats libertaires.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

Débat sur l’ADN comme outil de flicage.
Article mis en ligne le 28 novembre 2007
dernière modification le 28 novembre 2009

par siksatnam

Un débat sur l’ADN comme outil de flicage est organisé vendredi 11
décembre, à 18h, au café comptoir "Chez Colette" (quai Paul Bert, en face
du pont de fil)

L’ADN, qu’est-ce que c’est ? Est-ce une preuve si infaillible ? Comment la justice met-elle à son service les discours des « experts » ? Pourquoi refuser de donner son ADN ? Que risque-t-on en refusant ? ou en le donnant ? Comment se passent les prélèvements en garde à vue ? Que faire face à une convocation pour prélèvement ADN ? Comment tenter de se défendre ?

.

Ce débat sera animé par les auteurs de deux brochures sur l’ADN et son
utilisation à des fins judiciaires. Ces brochures sont disponibles aux
adresses suivantes :

"Du Sang, de la chique et du mollard ! Sur l’ADN"
http://infokiosques.net/spip. php ?article720

L’apparence de la certitude. L’ADN comme preuve scientifique et judiciaire
http://infokiosques.net/spip. php ?article719

pour en savoir plus : http://adn.internetdown.org/

Ce débat sera suivi d’un apéro convivial et festif à la librairie
libertaire La Niche, au 133 quai Paul Bert (à 5 minutes à pied du bar).
Chacun-e amène à manger et à boire.
Nous vous attendons nombreux-ses !

Je perds en moyenne plusieurs dizaines de cheveux par jour,
je ne sais trop combien de poils,
plein de bouts de peau,
quand je parle je postillonne,
je pisse et je chie,
parfois je saigne,
parfois même je fume des clopes.
Au cours d’une journée, je vais dans plusieurs endroits différents,
je rencontre plein de gens
et je suis proche d’une multitude d’objets.
Je dépose un nombre impressionnant de traces Adn
dans ces lieux, sur ces personnes, sur ces objets.
Je recueille au passage involontairement un certain nombre de traces Adn
laissées par d’autres gens et je peux aussi volontairement déplacer des
traces Adn d’autres personnes que moi.
Alors, me dire que je suis coupable de quelque chose parce qu’il y a mon
Adn quelque part, n’est pas un argument très convainquant.