Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir, l’émission hebdomadaire sur "Radio béton", 93,6 MGH (tous les mercredis de 19 à 20 h sauf en juillet/août). Informations et débats libertaires.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

Forum de l’article

Sanitas Palace II

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Sanitas Palace II
Rosa - le 9 février 2017

Je ne plus signer de mon vrai nom car je bosse dans le privé !

Sanitas Palace II
Le Plombier - le 11 février 2017

Cela peut s’entendre en effet. Pour info, plusieurs des rédacteurs/trices du journal travaillent sous statuts privés (CDI) et signent tout de même leurs articles..

Sanitas Palace II
Leo Jogiches - le 11 février 2017

Tiens, puisque le point Godwin a été d’ores-et-déjà atteint, je peux donc répondre au dernier argument en affirmant que même Brasillach a eu plus de courage. C’est moche.

N’est pas Rosa Luxemburg qui veut.

Après, c’est quand même marrant de critiquer une posture quand on la pratique soi-même. De refuser le droit à l’anonymat pour certains et le justifier pour d’autres. La question demeure : qui décide et pour quelles raisons ?

Sans doute cette fameuse avant-garde qui s’est toujours servi de la masse des ouvriers.

D’un autre côté, je comprends, quand on on voit le nombre d’erreurs et d’imprécisions, la fierté imbécile, les attaques gratuites et ad hominem... moi non plus je n’aimerais pas voir mon nom associé à ça.

N’est pas Karl Liebknecht qui veut.

Allons, enfin, il y a quand même certaines règles à respecter dans nos milieux, et cela commence par ne pas nous balancer les uns les autres. Je n’aimerai pas apprendre qu’un copain s’est fait péter le bassin rue Colbert par des fafs à cause d’un mot irréfléchit d’un autre copain.

Ou alors faudra arrêter de servir du Rosa ou du Karl.

Clouez-le sur la croix ! répètent encore, comme un écho, des couches de la classe ouvrière qu’on trompe et qu’on abuse, des soldats qui ne savent pas qu’ils s’en prennent à leur propre chair et à leur propre sang quand ils s’en prennent à la Ligue spartakiste.

Dans ces cris de haine, dans ces calomnies, se mêlent les voix de tous les éléments contre-révolutionnaires, hostiles au peuple et au socialisme, de tous les éléments troubles, suspects, et que le grand jour effraie. Et cette haine confirme que Spartacus est le coeur de la révolution et que l’avenir lui appartient.

Ne reste plus qu’à remplacer la "Ligue spartakiste" par "La Rotative", et on y est. C’est quand même con quand on s’appelle Rosa.