Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

L’extrème droite tourangelle invite Robert Ménard.

Le 19 octobre, aux Halles, à Tours.

La "liberté d’expression" avec un tout petit l...

Article mis en ligne le 29 septembre 2012

par siksatnam

La défense de la liberté d’expression de Robert Ménard le porte notamment à donner la parole à Thierry Meyssan, à Bernard Lugan ou à Alain Soral, à défendre l’humoriste Dieudonné et le journaliste Eric Zemmour, à s’opposer à l’interdiction en France de la chaîne du Hezbollah Al-Manar, et à s’opposer à la loi Gayssot2, ainsi qu’à toutes les lois limitant la liberté d’expression en France.

En février 2010 sur Paris Première, Robert Ménard tient des propos interprétés comme homophobes lorsqu’il déclare qu’il ne veut pas que ses enfants voient le dessin animé Le Baiser de la Lune, évoquant une relation amoureuse entre deux poissons mâles.

En mars 2010, il défend la peine de mort sur France Inter lors d’un débat sur l’affaire Hank Skinner. Il réitère cette position en décembre de la même année, en direct sur I-Télé, après l’évocation du procès pour le meurtre d’Anne-Lorraine Schmitt, mais il est aussitôt repris et contredit par le journaliste Julian Bugier présent sur le plateau.

En 2011, ses déclarations à l’antenne de RTL en faveur du vote Front national suscitent une certaine émotion. Son ouvrage, Vive Le Pen !, suscite de vives réactions, en particulier chez RTL, radio qu’il finira par quitter. Robert Ménard explique à propos de ce pamphlet :

« Je ne voterai pas Front national mais je pense que ce parti, qui doit être considéré comme républicain aussi longtemps qu’il ne sera pas interdit, doit bénéficier du droit à la liberté d’expression. Je dirais la même chose du Front de gauche ou de la Ligue communiste révolutionnaire. Défendre la liberté d’expression n’est pas défendre l’extrême droite. »

Il vient d’être engagé au comité consultatif de Channel 9, la chaîne de télévision de Bidzina Ivanishvilli, un homme d’affaires multimilliardaire, chef de file de la coalition Rêve Georgien et opposant numéro un au président Mikhaïl Saakachvilii. Le "journaliste libre" refuse de communiquer sur la hauteur de ses émoluments....