Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Pour la dissolution du groupe "Vox Populi"
Article mis en ligne le 9 mai 2013
dernière modification le 12 mai 2013

par siksatnam

Ci dessous, un communiqué du PCF sur une nouvelle exaction des fascistes de "Vox Populi".

D’autres organisations avaient déjà, par le passé et ce depuis longtemps, alerté les autorités et la presse sur le danger de ce groupe.

Ci-dessous, la brève de la Nouvelle république du 10 mai 2013 (toujours aussi faux culs).

" Des communistes agressés devant leur local

Trois plaintes contre X ont été déposées mercredi par des militants communistes suite à une altercation suivie de coups portés mardi, vers 22 h 10. Ces militants d’extrême gauche sortaient de leur local, rue Bretonneau, lorsqu’ils sont tombés nez à nez avec huit militants anticommunistes en train de coller des autocollants.

Des coups ont suivi. Personne n’a été placé en garde à vue. Cependant, la police mène son enquête pour identifier les agresseurs et savoir s’ils appartiennent à un mouvement identitaire local bien connu."

L’article de la "nouvelle république" du 11 mai 2013 :

Agression de communistes : Vox Populi pointé du doigt

Mercredi, vers 22 h, trois militants communistes qui sortaient d’une réunion dans leur permanence de la rue Bretonneau sont tombés nez à nez avec huit personnes en train de coller des autocollants sur leur vitrine. Le ton est monté, des coups ont été échangés. Les militants agressés ont porté plainte contre X. L’enquête se poursuit pour savoir si ces agresseurs appartiennent à Vox Populi. Les victimes regarderont des photos afin de voir s’ils reconnaissent leurs agresseurs.

En attendant les résultats de l’enquête, des mouvements de gauche pointent du doigt Vox Populi. Le Front de gauche écrit : « Déjà, en novembre 2012, des militants du Parti de gauche avaient été agressés par certains des membres de ce mouvement. Récemment, ils s’en sont également pris à des locaux syndicaux étudiants […] Le Parti de gauche affirme sa totale solidarité avec les militants communistes agressés et condamne avec la plus grande fermeté cette énième violence de Vox populi. Nous en appelons ainsi à la responsabilité du ministre de l’Intérieur, qui ne peut rester sans réaction et doit dissoudre ce groupuscule tout en arrêtant les coupables. Par ailleurs, nous invitons l’ensemble des forces politiques d’Indre-et-Loire à condamner ces agissements et à réclamer également la dissolution de ce mouvement. »

Le mouvement des Jeunes socialistes d’Indre-et-Loire demande « la dissolution de Vox Populi et que toutes les mesures soient prises contre les responsables de cette agression. »

De son côté, Vox Populi écrit : « Le PCF s’étant fait voler la vedette par Mélenchon tente aujourd’hui de se créer une actualité en ramenant un banal fait divers sur le terrain politique. A cette heure, nous ne connaissons ni les auteurs ni les tenants et/ou aboutissants de cette histoire. Alors, ne nous emballons pas trop vite.

Et à propos de dissolution, Pierre-Louis Mériguet, le fondateur de Vox Populi, dit que l’association n’a pas appelé à une action mercredi, donc elle n’a aucun fondement. « Il faut distinguer l’association et des individus, si tant est qu’ils appartiennent à Vox Populi. Si un membre du PC commet un excès de vitesse, personne ne demande la dissolution du PC. »