Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

LACRYMO DANS LE BUS
Article mis en ligne le 10 mai 2007

par Le Plombier

Le 9 mai 2007, pres de 200 manifestants se font coincer par les CRS et la Brigade mobile boulevard St Michel, apres le mouvement -suppose illicite- de la manif vers Port Royal. Rafle immediate, transports par bus dans divers commissariats de la capitale. Dans le dernier bus en partance pour Clignancourt, 60 personnes se retrouvent entassees les unes sur les autres, et pour les distraire, les forces de l’ordre montent le chauffage a fond (pres de 40 degres - a l’ombre, forcement). Quelques cris pour supplier qu’on ouvre une fenetre, quelques insultes de trop, et c’est carrement un jet de lacrymo en plein bus, sans qu’une fenetre soit ouverte. Au bout de quelques minutes, les forces de l’ordre ont tout de meme ouvert une des trappes du toit pour laisser s’echapper le gaz.
Apres ce trajet quelque peu mouvemente, attente de deux heures devant le commissariat de Clignancourt, dans le meme bus surchauffe. Evidemment : les cellules ne peuvent pas accueillir tout le monde, et il faut donc patienter comme on peut en attendant que les autres bus finissent de vomir leurs quotas de "gauchistes", "hippies" et "racailles" ; alors que certains n’avaient rien a voir avec la manifestation. La rafle ayant eu lieue a 22 heures environ, c’est donc vers 1H du matin que ce dernier bus decharge les soixante dernieres personnes. Insultes, fouilles musclees, ... les forces de l’ordre, concedons le, sont epuisees depuis dimanche, a force de devoir interpeller tout le monde. Il fallait donc qu’elles se detendent, et rigolent pour jouer a qui trouvera la meilleure vanne. J’aurais aime publier mes photos, mes videos, mais sous la menace, ils m’ont force a tout effacer. Idem pour tous les autres. Quelques ames intelligentes mais surtout habituees a ce genre de procedures ont reussi a planquer leur cassette DV ; d’autres ont eu moins de chance et se sont fait peter une dent ou deux ce soir la. Vers les trois heures du matin, nous voila tous sortis. Quel etait donc le delit ? "manifestation non autorisee". Pouvons nous signer un quelconque proces verbal ? "Non, vous n’etiez pas en garde a vue. Ceci etait un simple controle d’identite". Ah, bon, ok ! Ben ça va alors ...

le jeudi 10 mai 2007 à 04h55