Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

La réponse des salariés du foyer Albert Thomas au préfet et au maire
Article mis en ligne le 14 janvier 2017

par Le Plombier

Après les propos mensongers (publiés dans la presse locale) du maire de Tours et du préfet d’Indre et Loire concernant la liquidation judiciaire de l’association gérant le foyer Albert Thomas, les salariés répondent.

Nous, les salariés rappelons que la gestion de l’association était sous l’entière responsabilité des membres du bureau (M. Moindrot , président, M. Gondrant, responsable du personnel, et M. Chardin, trésorier) qui ont avancé des arguments mensongers pour entériner la liquidation judiciaire. Les principaux responsables sont totalement absents depuis le 21/12/2016 et injoignables, malgré de nombreuses sollicitations de notre part.

Nous souhaitons aussi revenir sur les propos tenus par Mr Le Préfet le 09/01/2017 concernant « les problèmes récurrents constatés dans l’exercice de la gestion.... ». Nous vous rappelons que le public accueillis à Albert Thomas est orienté par l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) et par le SIAO (115). De plus, une veille sociale est envoyée quotidiennement (7jours sur 7) à ce même organisme régulateur, en plus de l’enquête flash DDCS envoyée tous les 6 mois. Cette situation est identique dans les différentes structures d’hébergement à Tours, due au flux de migrants, c’est pourquoi nous nous étonnons que seul le foyer Albert Thomas soit pointé du doigt.

Nous sommes d’autant plus désappointés par les propos tenus par la mairie et la préfecture, avec qui nous avons toujours travaillé en étroite collaboration afin d’assurer au mieux notre mission, jusqu’à ce que la liquidation judiciaire soit prononcée.

De plus, les deux institutions ont été prévenues à plusieurs reprises par nos soins de la mauvaise gestion interne au sein du Foyer Albert Thomas.

Il est surprenant de mettre en cause la qualité du travail fourni par l’équipe constituée principalement par des salariés avec plusieurs années d’ancienneté dans le secteur social et au sein de la structure.

Il est d’autant plus surprenant de mettre en cause l’absence d’accompagnement social qui n’est pas du ressort de l’association. D’ailleurs il y a quelques années des assistants sociaux externes étaient présents au foyer, postes supprimés faute de budget.

Nous, les salariés, sommes outrés des propos tenus à notre encontre sachant que nous avons proposé aux pouvoirs publics d’assurer la gestion du centre de manière bénévole, dans l’attente que les organismes trouvent des solutions dignes et humaines pour les accueillis.

En conclusion, nous nous offusquons qu’en plus d’être licenciés pour des raisons douteuses, nous apprenons que nous sommes en partie responsables de la mise en liquidation judiciaire de l’association.

  • Les salariés