Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Trait d’humour ? Blague de stagiaire ?
Article mis en ligne le 22 février 2018

par Le Plombier

Dans l’épisode 4 de la saison 2 de Baron Noir (série télé ayant pour toile de fond le milieu politique français), le spectateur attentif peut apercevoir un drôle de magazine posé sur une table de salon tandis que le personnage incarné par Kad Mérad, baroudeur "socialiste" aux convictions soc-dém, passe un coup de fil : il s’agit de "Réfléchir & Agir", publication ouvertement raciste (arborant, en particulier, un antisémitisme carabiné) que l’on pouvait d’ailleurs trouver dans certains kiosques (par exemple celui de la gare) jusqu’à une date récente à côté de "Alternative libertaire", "Le monde libertaire", "Eléments" etc.

A ce propos, je me demande si les distributeurs de presse se posent la question de savoir si, au vu du contenu, ils vont distribuer une publication. Si la réponse est "Non, du moment que ça se vend bien, on distribue", alors j’en conclut que liberté d’expression raciste et libéralisme économique font bon ménage.

Quant au clin d’œil sur le plateau de tournage, il a sans doute fait rire son auteur et ses copains.

Par ce froid sec, je vous envoie des bises.

Geneviève