Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Rojava, une utopie au cœur du Kurdistan ? Témoignages de volontaires internationaux.
Article mis en ligne le 6 novembre 2018
dernière modification le 20 novembre 2018

par Le Plombier

22 Novembre 2018 18h : Conférence - table ronde - débat.

Faculté des Tanneurs, 37000 Tours

Gratuit et ouvert à toustes à l’Université de Tours, site Tanneurs, amphi à définir.

Irlandais, américain, québécois et français, cinq militants revenu du Rojava (Kurdistan syrien) nous raconteront leur parcours militaire et civil de Manbîj à Rakka et enfin à Afrîn. Avec eux nous tenteront d’effectuer le difficile travail analytique de la situation syrienne, du contexte géopolitique régional et du processus révolutionnaire, autogestionnaire et libertaire qui s’invente sur place. Nous pourrons échanger autour de points de vue sur cette dynamique émancipatrice, ses limites, son potentiel, et l’indispensable solidarité internationale. Depuis 2014, le rôle de rempart joué par la gauche kurde face aux atrocités djihadistes au Moyen-Orient l’a placé sous les feux de la rampe. Ce que l’on sait moins, c’est que dans les zones qu’elle contrôle, et notamment au Rojava, elle a favorisé l’essor d’une contre-société sur des bases féministes, sociales, démocratiques et, d’une certaine façon, laïques. Un soutien acritique ? Nullement car, comme tout processus révolutionnaire, celui-ci court des risques : une dérive autoritaire est toujours possible, de même qu’une instrumentalisation par des puissances étrangères (États-Unis, Russie, France...). Mais plus que tout, nous essaierons ensemble d’envisager les perspectives politiques futures pour les mouvements révolutionnaires à travers le monde, à l’heure de leur déliquescence en Europe et de leur recomposition au Moyen Orient. C’est tout cela que nous voulons aborder et à partir de ces expériences individuelles et expérimentations collectives permettre un cadre de débat et d’échange.

Coorganisé par Alternative libertaire 37, Les amis de demain le grand soir, le Qu’est-ce que quoi ? et des membres de la communautés kurde.