Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Premiers témoignages des gardés à vue de la Pitié-Salpêtrière
Article mis en ligne le 4 mai 2019

par Le Plombier

« Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a agressé un policier mobilisé pour le protéger.  »

Ces mots sont ceux du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, hier matin, jeudi 2 mai. Tenant là une bonne occasion de salir le mouvement social, le gouvernement a tenté de faire croire qu’une bande de manifestants du 1er mai avait sauvagement « attaqué l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ». Condamnation unanime, emballement médiatique. Hélas, à l’heure des réseaux sociaux, un tel mensonge ne pouvait pas tenir longtemps. Plus la journée d’hier s’écoulait, et plus les articles pleuvaient [1], démontrant, témoignages et vidéos à l’appui [2], que le groupe de manifestants s’était en fait réfugié dans l’hôpital pour esquiver les matraques et les lacrymo.

Nous avons recueilli jeudi soir en exclusivité les témoignages des gardés à vue de la Salpêtrière, qui démontent une bonne fois pour toute ce qu’il faut bien appeler un mensonge d’état.

Face à l’ampleur de la désinformation qui a suivie et au caractère mensonger des déclarations gouvernementales, le groupe des 34 gardés à vue de la Salpêtrière envisage de mener une action collective en justice.

journalistes : Taha Bouhafs et Jérémie Younes