Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Manifestation du 29 janvier 2020
Article mis en ligne le 31 janvier 2020
dernière modification le 5 février 2020

par Le Plombier

Ce 29 janvier c’est environ 2000 personnes qui ont répondu à l’appel de l’Intersyndicale "Nos mobilisations seront victorieuses". Le rassemblement s’est tenu place de la Préfecture. Là, chaque profession a pu déposer symboliquement ses "outils de travail" au pied du grand portail, fermé pour l’occasion. Y étaient mêlés des manuels scolaires délivrant un slogan on ne peut plus clair "Délivrez nous ! Des manuels Macron" . Se sont superposés des compteurs de gaz ou d’électricité, aussi bien des anciens que des Linky, des blouses, des gants, des cartes vitales, des codes du travail, divers vêtements de travail et les masques blancs remis par le groupe "Culture en lutte" . Ce groupe a fait une arrivée remarquée, ils portaient un masque blanc sur le visage, un parapluie noir ouvert en entonnant la marche funèbre de Chopin. On peut signaler un groupe UNSA ferroviaire, toujours présente dans le mouvement, par contre nous avons remarqué l’absence des avocats. Le cortège s’est dirigé vers l’Hôtel de Ville, traversée de la Rue Nationale jusqu’à la rue des Tanneurs, direction le boulevard Béranger avec la dispersion place Jean Jaurès.

Cette mobilisation s’est déroulée sous le soleil et dans la bonne humeur avec les voitures sonos qui diffusent des chants repris par les manifestants (souvent des reprises de chansons connues avec des paroles adaptées à la situation). La FSU, d’ailleurs, s’en donne à cœur joie aux micros. Les caisses de grève se remplissent petit à petit grâce à la générosité de la population et des manifestants que les agents SNCF en grève depuis le 5 décembre dernier reconnaissent, un soutien indispensable tant la durée de cette grève est longue et que certains reçoivent des fiches de paie à 0 € !