Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

La Confédération Paysanne se mobilise à Tours pour une PAC sociale et écologique.
Article mis en ligne le 13 avril 2021
dernière modification le 12 avril 2021

par Le Plombier

Mercredi 14 avril, 11h devant la Préfecture d’Indre-et-Loire, et dans le cadre d’une semaine de mobilisation au niveau national (Lyon, Rennes, Limoges, Strasbourg), la Confédération Paysanne organise un rassemblement à Tours

Alors qu’un épisode de gel a frappé durement le monde agricole la semaine dernière, la Confédération Paysanne souhaite montrer l’urgence de construire une Politique Agrciole Commune (PAC) qui permette aux paysan.ne.s de bien vivre de leur métier, de réaliser la nécessaire transition écologique et d’être plus résilient face aux aléas climatiques ou économiques. Des bottes vides seront disposées devant la Préfecture pour montrer qu’une PAC sociale ambitieuse est nécessaire pour permettre l’installation et le renouvellement des générations afin d’assurer notre alimentation future.

La réforme actuelle de la PAC va permettre de donner l’orientation des prochaines années de l’agriculture française et européenne. Les enjeux sont énormes. D’ici 2030, tant l’urgence sociale pour installer massivement et transmettre les nombreuses fermes des paysan.ne.s partant à la retraite que l’urgence climatique auront sûrement atteint des points de non-retour. Or, les lobbys conservateurs œuvrent à plein pour le maintien de l’inégale répartition des aides PAC et pour le déni de la situation écologique et sociale de nos campagnes et territoires.

La Confédération paysanne lance un cri d’alarme dans le but que la PAC soit clairement élaborée pour des paysannes et paysans nombreux. La PAC doit être dotée d’une architecture sociale ambitieuse, condition sine qua non pour une transition agroécologique réussie et des campagnes vivantes.

Nos trois revendications fortes sont :

La revalorisation du paiement redistributif sur les 52 premiers hectares (20 % du premier pilier)

Le ciblage des premiers animaux et hectares dans les modalités des aides grâce à des mécanismes de dégressivité et un plafonnement efficace.

L’activation d’une aide forfaitaire aux petites fermes à 5000 € par actif avec transparence GAEC