Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Une "marche contre les idées d’extrême droite"... mais pas toutes
Article mis en ligne le 30 juin 2021
dernière modification le 26 juin 2021

par Le Plombier

Une partie de la gauche manifeste aujourd’hui "contre les idées d’extrême droite". Pourquoi "contre les idées" et non "contre l’extrême droite" tout court ? Parce que cette gauche assimile toute opposition à du fascisme, y compris lorsque ces oppositions sont de gauche.

Ainsi, chacun peut être accusé de "véhiculer les idées d’extrême droite". Anathème lancé pour disqualifier, empêcher tout débat, afin de dissimuler la faiblesse intellectuelle et la trahison des valeurs de gauche par cette frange à la dérive. Le problème est que, paradoxalement, en arrosant ainsi tout un chacun, cette partie de la gauche la banalise : puisque tout le monde serait d’extrême droite (ou véhiculerait ses idées) sauf elle, alors personne ne l’est. Il n’y a pas mieux pour "dédiaboliser" le Rassemblement National.

Pire encore : déclarer "marcher contre les idées d’extrême droite", sous-entendu l’extrême droite nationaliste, mais en défendre et parader avec une autre (l’extrême droite musulmane) est un comble. De plus, cette gauche réintroduit la notion de race pour un néo-racisme victimaire, milite pour la création d’un délit de blasphème spécifique à une religion ("islamophobie"), défend le sexisme et la bigoterie d’un extrémisme religieux (l’islamisme).

Bref, cette gauche, raciste et réactionnaire, est plus proche de Hassan Al-Banna que de Jean Jaurès.

Les leaders et militants qui marchent aujourd’hui "contre les idées d’extrême droite" sont donc ceux qui les renforcent tous les jours.

Je suis de gauche, habitant d’un quartier populaire, confronté aux extrêmes droites (nationaliste et musulmane), et je ne me reconnais pas dans cette manifestation.

A quand une marche contre LES extrêmes droites, contre le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, etc. d’où qu’ils viennent ?

Naëm Bestandji