Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

« La situation actuelle porte un rude coup à la légende de l’indépendance des journalistes »
Article mis en ligne le 11 septembre 2021
dernière modification le 26 août 2021

par Le Plombier

Impuissance croissante de la profession face aux actionnaires, médias passés sous la coupe de l’extrême-droite, déni persistant des journalistes dont la plupart persistent à clamer leur indépendance, Henri Maler, cofondateur de l’observatoire des médias Acrimed, analyse pour QG les reconfigurations en cours dans le secteur à moins d’un an de la présidentielle 2022

La sphère des médias se concentre toujours plus entre les mains de milliardaires. Dernier exemple en date : la radio Europe 1, passée sous le contrôle de Vincent Bolloré, désireux de peser sur la présidentielle, après avoir été longtemps sous celui du groupe Lagardère. Une prise de contrôle ayant suscité plusieurs jours de grève de la part des salariés de la station. Pour QG, Henri Maler, cofondateur de l’association Acrimed (Action Critique médias, observatoire fondé en 1996), analyse cette emprise du CAC 40 sur les médias, l’impuissance des journalistes face aux actionnaires, ainsi que le rôle des médias dans l’abstention massive durant les dernières élections.

QG : Qu’est-ce que vous inspire la situation de la radio Europe 1, où une grève de cinq jours a été organisée par la société des rédacteurs et l’intersyndicale, face à l’emprise de Vincent Bolloré et la crainte d’une transformation en « radio d’opinion » ?

Henri Maler : Quand des journalistes défendent leur dignité, il n’y a aucune raison de bouder leur mobilisation, même si on peut émettre de nombreuses réserves sur la « radio d’opinion » qu’a toujours été Europe 1. C’est une affaire de dignité élémentaire pour les journalistes, et les salariés de la station. Cela met à jour un certain nombre de questions qui sont souvent passées sous silence.

Ce que démontrent la brutalité et la violence de Vincent Bolloré, c’est d’abord que les entreprises médiatiques sont des entreprises comme les autres, parfois pires que bien d’autres quand il s’agit des salariés des médias en général.

La deuxième leçon : la situation actuelle porte un rude coup à la légende de l’indépendance des journalistes. Comment cette légende s’est-elle bâtie ? C’est très simple. Comme chaque journaliste, pris individuellement, n’est pas placé sous le contrôle tatillon du propriétaire ; que les milliardaires interviennent rarement directement (ils le font et dans le cas de Bolloré c’est systématique), ils s’imaginent que cela suffit à leur indépendance. En réalité, les journalistes ne vivent pas en état d’apesanteur sociale. Ils dépendent plus ou moins de leurs origines, de leur formation, de leurs conditions de travail. Mais surtout, ils sont dans une situation de dépendance collective. C’est-à-dire, à la merci des tycoons qui font ce qu’ils veulent dans les entreprises qu’ils contrôlent en nommant aux postes-clés pour diriger des rédactions des gens qui ne sont pas toujours des journalistes, mais avant tout des managers. Il faudrait, une fois pour toutes, arrêter de nous seriner en permanence que les journalistes sont indépendants tant que leur clavier électronique ou leur micro n’est pas placé sous le contrôle direct du milliardaire qui possède leur média.

Troisième leçon, à mon avis : dans la plupart des grands médias, même si pas tous, la quasi-absence de pouvoir des journalistes non seulement sur le financement de leur entreprise, mais même sur l’orientation éditoriale. Le seul pouvoir dont ils disposent, en dernière analyse, c’est la « clause de conscience ». La revendication des syndicats de journalistes, depuis des années, d’un statut juridique des rédactions pour qu’elles disposent d’un pouvoir collectif sur l’orientation du média, est encore une fois à l’ordre du jour.

La situation d’Europe 1 montre, une fois de plus, que le CSA est un organisme fantoche et impuissant, parce qu’il est nommé quasiment directement par le pouvoir politique et qu’il intervient dans un cadre législatif qui limite considérablement ses pouvoirs d’intervention car ses pouvoirs d’intervention sur la propriété des médias remontent à une loi qui date de 1986, c’est à dire d’avant la montée en puissance d’Internet, des chaînes en continu, etc. Depuis, du côté des forces politiques, c’est « silence radio », si j’ose dire !

J’aimerais ajouter plusieurs choses sur cette affaire. La quasi-fusion entre CNews et Europe 1 n’est pas finie ! Et il y a déjà d’autres proies dans le groupe Lagardère. Je ne garantis pas qu’elles finiront entre les mains de Bolloré, mais il y a aussi Paris Match et Le Journal du Dimanche.

Quand les journalistes se mobilisent contre les actions destructrices de Bolloré, on trouve parmi eux de sacrés personnages. Pascal Praud par exemple, qui déclare : « Quand vous êtes dans une entreprise, vous devez une fidélité sans faille à la direction. Il n’y a pas de marge de manœuvre. Si vous n’êtes pas content, vous partez. » Pas mal non, comme éloge de la servilité ? Ce qui va de pair avec le cynisme et le carriérisme d’une Laurence Ferrari. Je rappelle qu’elle fut une des non-grévistes lors de la longue grève d’I-Télé en 2016. Et quand Adrien Quatennens lui dit que CNews est une chaîne qui promeut l’extrême-droite, elle lui répond : « Je ne vous laisserai pas dire ça. C’est entièrement faux ! C’est insulter tout le travail d’une rédaction, avec des choix équilibrés politiquement, qui travaille 24h sur 24, 7 jours sur 7. Je suis fière de travailler ainsi ». (1) En clair, pour se défausser, elle se déclare solidaire des gens qui se soumettent aux diktats de Bolloré ou de la direction (soit parce qu’ils intériorisent les prétendues valeurs de l’entreprise, soit parce qu’il faut bien qu’ils gagnent leur vie).

QG : En moins de deux ans on a vu la chaîne CNews changer entièrement de positionnement, et se radicaliser politiquement jusqu’à devenir un des principaux canaux de l’extrême-droite. Qu’est-ce que ça vous inspire ? Avez-vous souvenir d’une pareille situation par le passé ?

Non. C’est la première fois que je vois une chaîne de télévision et une radio passer complètement sous la coupe de chefferies d’extrême-droite. Mais il faut comprendre pourquoi ça se passe ainsi. Ces chaînes vivent de leur audience. Par conséquent, s’il y a une audience qu’ils peuvent, à la fois, entretenir et créer pour des idées d’extrême-droite, il y a un créneau à occuper et CNews l’occupe. On connaissait d’énormes inféodations de médias à des orientations politiques, « en toute indépendance », mais à ce point, dans l’audiovisuel, non. C’est assez original !