Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

« Paroles de lecteurs » - D’étranges connivences dans les manifestations contre le passe sanitaire
Article mis en ligne le 5 septembre 2021
dernière modification le 1er septembre 2021

par Le Plombier

Jamais l’extrême-droite, dans toute ses composantes, n’a été aussi présente que dans un mouvement social comme celui qui s’élève contre le passe sanitaire et jamais notre camp n’a été aussi pusillanime devant elle.

La reproduction, ci -dessous, de ce billet du blog le Monde en est une démonstration bien regrettable.

« Pour une partie de la gauche, les raisons de manifester son opposition au gouvernement et aux décisions prises dans une logique de santé publique ne seraient pas incompatibles avec les principes motivant parallèlement la mobilisation de la droite et de l’extrême-droite », s’alarme Daniel Payot.

Après avoir participé dans sa petite ville à une manifestation contre le passe sanitaire, un quadragénaire me rapporte les propos d’un ami à lui, militant anarchiste de la CNT (Confédération nationale du travail), relatifs aux escarmouches qui l’ont opposé aux partisans du Rassemblement national lors d’une autre manifestation, dans une agglomération de province plus importante : « Ils voulaient à tout prix être devant, nous voulions les en empêcher, ça n’a pas arrêté. »

À aucun moment, dans ce récit et dans son évocation indirecte, n’était noté ce qui, les découvrant, me sautait aux yeux : au nom du refus de l’extension du passe sanitaire, pour les mêmes raisons et sous la même forme, deux sensibilités politiques en principe inconciliables se trouvaient réunies. Militants libertaires et sympathisants de l’extrême-droite ensemble, dans un même cortège !

Pour une partie de la gauche, les raisons de manifester son opposition au gouvernement et aux décisions prises dans une logique de santé publique ne seraient donc pas incompatibles avec les principes motivant parallèlement la mobilisation de la droite et de l’extrême-droite ! Quels principes ? Les connivences contre-nature constatées semblent avoir pour dénominateur commun la défense des libertés individuelles.

Sans doute beaucoup à gauche pensent-ils sincèrement que la revendication de liberté individuelle est en soi évidemment progressiste. Et sans doute n’est-il pas aisé de suggérer que si ce postulat est à certaines époques et dans certaines circonstances indéniablement juste, il peut ne pas l’être aussi simplement à l’ère du consumérisme et de l’individualisme à outrance, effet d’un capitalisme néolibéral que cette gauche, légitimement, critique ; que la priorité donnée à la liberté individuelle, quand elle est opposée par principe à l’échelle de l’intérêt général, de la chose publique, de la régulation des relations sociales, de l’aménagement et du partage de l’espace commun, devient une posture de droite, une idéologie de nantis soucieux de préserver privilèges, conforts, positions ou fantasmes de domination.

Le danger est bien réel aujourd’hui d’une mainmise sur l’élan contestataire par des menées droitières, d’une confiscation des énergies réformistes et même révolutionnaires par des activistes de droite, voire d’extrême-droite. Les débordements constatés ces dernières semaines – y compris les étoiles jaunes et les slogans antisémites – doivent nous faire réfléchir. Ce ne serait pas la première fois, dans l’histoire…

La réponse ne consiste évidemment pas dans une mise en cause de la liberté individuelle et de son droit à l’expression. Mais contre toute cécité historique, il n’est peut-être pas inutile de rappeler, quitte à paraître naïf ou ringard, qu’être de gauche consiste aussi à situer les individus dans des enjeux collectifs, sociaux, communs ; que le combat pour la liberté individuelle n’a de sens que s’il est d’abord un combat pour l’intérêt général, pour la cause commune.

C’est pourquoi il est si intolérable de voir des connivences se développer avec l’extrême-droite précisément dans un contexte de santé publique. Sans doute y a-t-il autre chose à faire, d’autres leçons à retenir d’une situation sanitaire dans laquelle chacun, individuellement, est responsable du bien-être, voire de la vie, non seulement de lui-même, mais de tous ceux qu’il côtoie.

On peut certes s’opposer à la manière dont cette responsabilité est rappelée à chacun, préférer d’autres modalités de politique publique que celles qui sont choisies par le gouvernement et fixées par le Parlement. Mais une contestation qui ne sait pas dégager les fruits éthiques d’une solidarité nécessaire, qui ne sait pas traduire les contraintes imposées en termes d’intérêt général et de salut public, n’a plus grand-chose à proposer qui la distingue des pires agitations de la droite extrême.

Daniel Payot, Strasbourg