Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

SUD PTT 37 : SUITES ET POURSUITES
Article mis en ligne le 7 septembre 2021
dernière modification le 8 septembre 2021

par Le Plombier

En avril dernier, 6 adhérents de Sud Ptt 37 démissionnaient collectivement, considérant que, les valeurs de solidarité, d’unité et de démocratie étaient cruellement entachées.

Dans leur courriel, ils demandaient clairement à être informés des actions menées par le syndicat pour recouvrer les sommes qu’un « adhérent indélicat » ne s’était pas gêné de détourner pour ses frairies (voir lien ci-dessous).

Nouvelle dérobade ! A ce jour, aucun d’entre eux n’a reçu de réponse…

Comment interpréter ce silence ? La majorité du bureau de Sud ptt 37 considère-elle, dans cette affaire qui relève du pénal, qu’elle n’a pas de compte à leur rendre ? En près de 6 mois, a-t-elle fait le minimum syndical pour récupérer les milliers d’euros disparus ?

Les démissionnaires sont dubitatifs. Depuis la découverte des faits, quelques primates condescendants, qui se comptent sur les doigts d’une main, grands prélats des ressources humaines, semblent oublier qu’ils ont été élus pour défendre les intérêts des adhérents et du syndicat, pas pour soutenir mordicus un escroc (toujours adhérent, semble-t-il !) ni faire de la culture d’entreprise.

Après le remboursement mensuel, l’héritage, l’aide de la famille, le coup de fil à un ami, le prêt hypothécaire, quelle nouvelle histoire capillotractée leur a promis le malfrat pour nourrir leur crédulité ? L’ouverture de la mer rouge, un gain à la FDJ, le retour de Tonton Cristobal … On ne badine pas avec les fonds sociaux.

Réveillez-vous « camarades » ! Le dépôt de plainte, s’il n’a toujours pas été acté, est inéluctable. Et faute d’informations de votre part, quel choix laissez-vous aux démissionnaires sinon celui de s’adresser au Procureur de la république pour « négligences inacceptables du syndicat » (vous qui appréciez les euphémismes) en cette rentrée des classes ?

Voir ci-dessous l’épisode précédent :

[http://demainlegrandsoir.org/spip.php?page=article&id_article=2445&var_mode=calcul->