Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

7 activistes en procès le 7 octobre, 3...
Article mis en ligne le 19 septembre 2021
dernière modification le 18 septembre 2021

par Le Plombier

7 activistes en procès le 7 octobre, 3 procédures en cours auprès de plus de 150 personnes et un risque de 88 500€ d’amendes cumulées. C’est la menace à laquelle nous faisons face parce que nous nous sommes opposé·es au projet climaticide d’extension de l’aéroport de Roissy. Pourtant, lorsque l’Etat ne joue pas son rôle de protéger la population et d’agir pour le bien commun, quel autre choix nous reste-t-il que celui de tout tenter pour préserver nos conditions de vie sur Terre ?

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Malgré les signaux catastrophiques de l’accélération du dérèglement climatique, le gouvernement français continue d’avancer à contre-courant de cette urgence, notamment en poursuivant les projets d’extensions d’aéroports. Dans le même temps, depuis le début du quinquennat Macron, l’augmentation de la répression de tout mouvement social, dont le mouvement climat, est frappante.

Cette intrusion sur le tarmac de l’aéroport de Roissy le 3 octobre 2020, nous l’avons menée en connaissance de cause. Parce que nous avions épuisé tous les autres recours, c’est avec nos corps que nous avons voulu faire barrage. Nous avons pleinement conscience des risques auxquels nous expose la désobéissance civile et c’est bien la démesure des sanctions exigées à notre encontre que nous dénonçons. D’ailleurs, le bien-fondé de notre revendication a été reconnu par l’Etat, qui a officiellement annoncé l’abandon du projet de terminal à Roissy quelques mois plus tard !

Suite à cette action, en parallèle des 7 activistes aujourd’hui en procès, 84 militant·es, ont reçu une sanction administrative. Le préfet délégué à la sécurité des aéroports a décidé de sanctionner les activistes présent·es sur le tarmac par une amende de 750€. Le choix de réprimer les activistes est un donc choix délibéré de ce représentant de l’État qui n’a pas tenu compte du caractère revendicatif et légitime de cette action. Pire ! L’Etat a choisi de prononcer l’amende la plus élevée possible, insensible à nos revendications. En asphyxiant financièrement les mouvements de contestation, l’Etat exerce en réalité des tentatives d’intimidation des activistes dans leurs indispensables efforts de dénonciation de l’inaction politique face à l’urgence climatique.

Et le gouvernement ne compte pas s’arrêter en si bon chemin dans sa répression démesurée ! Un projet de loi, porté par les ministres de la Transition écologique, de l’Economie et des Transports, a été adopté le 13 septembre. Cette loi, qui prévoit des sanctions accrues en cas d’intrusion sur des pistes aéroportuaires, cible très clairement les activistes climat, cherche à garantir que d’autres actions de ce type n’auront pas lieu. Il ouvre la voie à une répression systématique des actions de désobéissance civile, alors même qu’elles permettent de faire évoluer le droit dans le sens du bien commun.

Pourtant, tant que le gouvernement faillira à prendre des mesures radicales et efficaces pour garantir la réduction des émissions de gaz à effet de serre, il sera de notre devoir de nous opposer à tout projet climaticide. Nous ne céderons pas à ses nombreuses tentatives de nous faire taire.

Nous demandons, Messieurs le Président de la République, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice, l’arrêt des procédures administratives arbitraires et la fin de la répression des activistes non-violent·es, dont l’action est non seulement légitime, mais surtout nécessaire.

N’hésitez pas à partager cette pétition à vos proches et à votre entourage !

https://agir.greenvoice.fr/petitions/non-a-la-repression-des-activistes?source=rawlink&utm_source=rawlink&share=43c9ebc6-e989-400d-8798-ce513f9afd15#signature-form

Soutiens à cette pétition :

Extinction Rebellion

Collectif Non au T4