Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Annie Lacroix-Riz : la Logorée d’une stalinienne...
Article mis en ligne le 6 décembre 2021
dernière modification le 4 décembre 2021

par Le Plombier

Dans la vidéo qui suit, Annie Lacroix-Riz revisite, à sa façon, la guerre d’Espagne.

Elle y reprend les plus vils arguments utilisés par les communistes de l’époque pour décrédibiliser leurs adversaires politiques.

Ainsi les trotskystes (forts peu nombreux en Espagne) sont décrits comme des agents franquistes, Andrés Nin, le dirigeant du POUM, comme un agent double et l’URSS comme apportant un soutien total et désintéressé à la république Espagnole. Ce faisant, elle oublie un "détail" important. Une partie importante de l’or de la banque d’Espagne était restée aux mains de républicains à Madrid et avait été transférée à Moscou pour financer l’aide militaire (Difficile d’avoir une vision comptable claire dans cette affaire : 648 avions et 362 chars réceptionnés valent (approximativement pour l’époque) 220 millions de dollars US. Restent les 1533 canons, 120 véhicules blindés, les munitions et explosifs achetés avec cet or. Autant de millions ou plus ? Au total, ce sont 518 millions de dollars US qui ont été transférés en URSS).

De plus, dans "son analyse économique", elle ignore sciemment les réalisations autogestionnaires des libertaires, notamment en Catalogne qui, contrairement à ce qu’elle affirme, expliquent en grande partie la non intervention du gouvernement Anglais pour soutenir la république espagnole.

Ainsi, Lacroix-Riz "oublie" les documents qui la dérange et brode autour d’éléments peu significatifs. Approximations, calomnies, mensonges, manipulations, Lacroix-Riz se livre, durant 1h26, à un véritable festival !

Elle rejette tous les travaux historiques entrepris par des historiens non communistes depuis ces dernières décennies (qui prouvent le rôle éminemment contre révolutionnaire du PCE). En passant, elle voue aux gémonies Georges Orwell et Ken Loach.

Elle procède à un exercice de révisionnisme digne d’un stalinisme que l’on pensait définitivement disparu. la vidéo qui suit est tellement instructive à cet égard que nous vous la donnons à visionner (en espérant que ce genre de dégueulis stalinien disparaitront avec leurs auteurs,forts âgés heureusement...).