Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beaufs-misogynes-virilistes-alcooliques)/gilets jaunes/sociaux-démocrates ) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Enfin une nouvelle stratégie pour les transports en commun tourangeaux !
Article mis en ligne le 23 février 2022
dernière modification le 22 février 2022

par siksatnam

Lors de l’enquête publique sur la première ligne de tramway de l’agglomération en 2010, de nombreux Tourangeaux avaient exprimé leur opposition à ce qu’ils considéraient comme un massacre environnemental et une solution trop coûteuse pour traiter les transports en commun.

1400 arbres furent abattus, un tramway luxueux fut mis en place sur 15 km, inauguré en 2013.

Cette ligne eut un succès populaire, sans que l’objectif de fréquentation soit atteint ; le budget explosé fut dénoncé par la Cour Régionale des Comptes.

Fin 2022, 12 ans plus tard, une nouvelle enquête publique se déroulera pour une deuxième ligne de tramway. Le scénario de 2010 allait se répéter : un massacre environnemental et patrimonial, impactant cette fois-ci le boulevard Béranger et la place Jean Jaurès ; un coût trop excessif, interdisant de fait la réalisation d’un véritable réseau de Transport en Commun en Site Propre à l’échelle de la métropole.

Comme en 2010, il était à craindre qu’un lobby du tramway assoit son emprise sur les élus pour imposer sa solution. En 2018, il avait déjà repris les commandes. De façon scandaleuse et, à notre avis, frauduleuse, il avait camouflé une expertise qui montrait que l’abattage des deux alignements externes des platanes du boulevard Béranger impacterait gravement les deux alignements internes, tant les arbres sont fragiles dans un environnement urbain et solidaires entre eux par leurs racines. Des exemples à travers la France le prouvent (Angers, Colombes, Clamart, Montpellier...). Puis était apparue la suppression des fontaines de la place Jean Jaurès et la majesté de son ordonnancement symétrique. Les autres tracés de transport en commun étaient repoussées au loin, quand le financement le permettrait...

L’indignation des Tourangeaux était ignorée, tout recommençait comme en 2010... Au mépris des documents de planification urbaine et de protection du secteur sauvegardé.

Et puis, avec l’expérience de la première ligne, les élus ont réfléchi sur les nouvelles projections. Ce lent et coûteux développement est apparu inadapté. Et notre patrimoine, environnemental et architectural, a trop souffert. A défaut de laisser les citoyens choisir la meilleure solution, à défaut de reconnaître la validité de l’expertise cachée, des tiraillements sont apparus, de tous bords. Des premiers élus ont eu le courage de changer d’avis. Il a d’abord été décidé de faire une deuxième expertise, qui a confirmé la première dans ses grandes lignes. La mobilisation citoyenne s’est accentuée. Nous sommes arrivés à un tournant, puisque, en ce mois de février 2022, le Maire de Tours, M. Emmanuel Denis, et le président de l’agglomération, M. Frédéric Augis, viennent de s’opposer à ce que le tramway passe par le boulevard Béranger, lui préférant une ligne de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS).

Notre association applaudit à un changement attendu depuis plusieurs dizaines d’années dans la ville de Tours, à savoir un Maire qui acquiert de l’indépendance face aux lobbies et sache prendre en compte la volonté citoyenne. Il écoute aussi les habitants pour l’aménagement du quartier du Haut de la Tranchée et il a décidé de planter deux alignements de chênes en Haut de la rue Nationale. C’est un symbole fort en un lieu très dégradé par les municipalités précédentes. L’AQUAVIT l’avait demandé il y a une dizaine d’années. De plus il s’opère une prise de conscience de l’importance de l’arbre en ville, un peu partout des arbres et arbustes sont plantés. Nous espérons, bien sûr, que cette orientation sera maintenue. Par exemple au quartier des casernes, pour sauver la plupart des tilleuls et platanes qu’il est prévu d’abattre (après ceux déjà abattus...).

En juillet 2017, l’AQUAVIT avait rencontré M. Augis, alors vice-président de Tours Métropole chargé des infrastructures de transport, devenu depuis le président de la Métropole. Alors que nous le pensions convaincu de la seule solution tramway, nous avions rencontré une personne ouverte sur d’autres modes de transport, notamment le tram-train. Le 17 février dernier, M. Augis a rencontré un collectif de six associations, dont l’AQUAVIT. Bien que son avis ne soit pas encore arrêté, il a clairement montré une préférence pour remplacer le tramway par une ligne BHNS entre la commune de La Riche et la place Jean Jaurès, épargnant ainsi les platanes du boulevard Béranger et la place centrale de la cité. Il a été jusqu’à estimer que "Denis a raison de dire que l’on ne peut pas toucher à Béranger et à Jean Jaurès", rejoignant ainsi l’avis d’une très grande majorité de Tourangeaux.

Il n’en demeurent pas moins de fortes résistances à ce changement de stratégie. M. Wilfried Schwartz, maire de La Riche, vice président de la Métropole, président du Syndicat des mobilités de Touraine, s’accroche au coûteux tramway. Il a obtenu une troisième expertise en espérant qu’elle contourne la seconde qui n’avait pas contourné la première. Il envisage même de surélever la voie de tram sur le boulevard Béranger !

Et comme pour la première ligne où était annoncé une fréquentation mirobolante de 54.000 voyages par jour de trafic, en fait 43.800 en 2017, il extrapole carrément 48.000 voyages par jour (La Nouvelle République du 18 février 2022). En vue du passage du tram en sa commune, M. Scwhartz a racheté et muré des maisons avant même l’enquête publique.

Cette vieille méthode anti-démocratique du fait accompi devrait être sanctionnée par la Justice Administrative.

Il est temps de remettre les pieds sur terre et d’abandonner un mode de transport trop ambitieux et cher pour une métropole comme la nôtre. Ailleurs aussi, les projets sont revus à la baisse, même à Lyon et Nantes. Une ligne de BHNS coûte deux à quatre fois moins cher. Et qu’attend-on pour valoriser notre étoile ferroviaire ? C’est prévu depuis si longtemps... L’AQUAVIT souhaite que la deuxième ligne de tramway soit complètement abandonnée. La jonction avec l’hôpital Trousseau est déjà assurée par la ligne de BHNS Tempo qui fonctionne bien. Priorité devait être donnée à très court terme à une ligne de BHNS Tours - La Riche et à une ligne de chemin de fer entre les gares de Saint Pierre des Corps et Tours, passant par les Atlantes et la Rotonde, selon le projet de la CFDT ou celui de l’ADTT.

http://aquavit37.fr

http://aquavit37.fr/arbrestram

Tous les communiqués : http://aquavit37.fr/comm.html