Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Vie privée : les citoyens toujours plus surveillés en 2007
Article mis en ligne le 6 janvier 2008

par siksatnam

Selon Privacy International, la situation se détériore aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en France.

La liberté des citoyens s’est réduite un peu plus en 2007. C’est globalement la conclusion que l’on peut tirer de l’étude The Privacy & Human Rights Report 2007 réalisée par les organisations Privacy International à Londres et Electronic Privacy Information Center à Washington qui observent les niveaux de surveillance des citoyens de part le monde. Autrement dit, le niveau d’activité de Big Brother.

En 2007, 70 pays (37 en 2006) ont été décortiqués par plus de 200 experts. Pour la première fois, Privacy International a établi un classement des zones géographiques étudiées selon le niveau de surveillance de leur population.

"L’extension des mesures de surveillance de la vie de nombre de personnes a aujourd’hui atteint un niveau sans précédent", notent les auteurs du rapport. Une dégradation du respect de la vie privée qui s’explique en partie par les lois induites ces dernières à travers la lutte contre le terrorisme international et l’immigration illégale combinées aux moyens électronique de traçage des citoyens et de croisement des informations.

"Les avancées technologiques [...] l’interopérabilité entre les systèmes d’informations et la globalisation des informations ont provoqué une pression extraordinaire sur les garanties de respect de la vie privée", peut-on lire dans le rapport.

"Extension de la surveillance de la société" en France

Sans surprise, si les pays comme la Chine, la Malaisie ou encore la Russie restent les bêtes noires des organisations de vigilance, une grande majorité des pays occidentaux et démocratiques ont vu leur conditions se dégrader considérablement en matière de respect de la vie privée.

Ainsi, le Royaume-Uni et les États-Unis ont rejoint les pays précités où la surveillance de la population est considérée comme endémique. La France n’est pas en reste puisqu’elle est passée d’une situation de ’Quelques garanties mais avec affaiblissement des protections’ en 2006 à ’Extension de surveillance de la société’ en 2007.

Le dernier rang avant de tomber dans la ’Surveillance endémique de la société’ que vient notamment de rejoindre l’Amérique de George Bush.

la 4 janvier 2008

Christophe Lagane

VNUnet.fr, membre du réseau NetMediaEurope

© Copyright 2007 Tous droits reserves