Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beaufs-misogynes-virilistes-alcooliques)/gilets jaunes/sociaux-démocrates ) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

OFFENSIVE PRO RUSSE AU SEIN DE LA CGT !
Article mis en ligne le 18 mai 2022
dernière modification le 16 mai 2022

par siksatnam

Le CCN des 10 et 11 mai s’est tenu dans un climat d’extrême tension. Les représentants des structures auto-proclamés défenseurs d’un syndicalisme de classe ont mené une charge violente contre l’actuelle direction confédérale. Ils sont officiellement constitués en fraction en vue de « prendre » la direction confédérale. Ils sont réunis autour d’une plateforme qu’ils ne veulent pas soumettre en contre-texte aux documents en cours d’élaboration pour le 53° Congrès de mars prochain. Nous publierons prochainement une analyse de cette plateforme. Relevons à ce stade qu’en démocratie on devrait plutôt voter sur des textes que sur des invectives...

C’est dans ce contexte difficile et sous la pression maximum des pro-Fsm que le CCN lance un « Appel » clair sur une posture revendicative, mais d’une grande confusion politique.

L’Appel engage les syndicats à mener une « campagne de haut niveau pour la paix ». Soit encore faudrait-il que nos syndicats soient réellement en état de mener une campagne...

Surtout si ladite campagne doit « commencer par l’arrêt des livraisons d’armes aux belligérants », formule qui place sur le même pieds l’agresseur et l’agressé ! La question des armes est toujours difficile pour des militants pacifistes sincères, et nous ne trancherons pas ici. Mais comment croire que les néo-staliniens pro-FSM ont des pudeurs de pacifistes ?

Et le pire arrive ensuite. Contraint de reconnaître « L’agression de l’Ukraine par Poutine » l’Appel poursuit en regrettant « la guerre qu’elle a générée » ! Comme si c’était l’Ukraine qui avait provoqué la guerre en riposte à une simple « agression ».

Et l’Appel de poursuivre : « C’est avant tout un conflit impérialiste notamment avec le rôle de l’OTAN pour la maîtrise des ressources naturelles, de voies de communication stratégiques et de zones d’influence géopolitique ». Nous serons les premiers à dénoncer en effet les impérialismes américains et français, mais nous appelons à lutter tout autant contre les impérialismes russes ou chinois dont les bourgeoisies sont tout autant assoiffées de pouvoir et d’argent ! Comment être aveugle à la peur bien réelle que vivent les peuples des Etats baltes, de Roumanie, de Pologne face aux offensives sans fin de l’ogre russe ? Poutine avance Staline dans une main, le Pope dans l’autre mais le seul impérialisme serait celui de l’Otan ?

De retour sur la situation en France, l’Appel nous ramène là encore loin en arrière, accrochant la CGT aux chars de la NUPES ! Comme si l’expérience du Programme commun, dont le bilan est tiré et acté y compris par les travaux de l’IHS était oubliée.

Voilà qui promet un 53° Congrès violent et décisif sans doute pour la CGT. Une victoire du courant néo-stalinien serait une défaite pour tous les syndicalistes révolutionnaires.

https://www.communisteslibertairescgt.org/Ukraine-NUPES-Le-CCN-deraille.html