Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Les néo-cons sont nus
Article mis en ligne le 3 août 2008

par siksatnam

Le dessinateur Siné a été congédié de Charlie Hebdo par Philippe Val.
Résumé des faits. Claude Askolovitch, journaliste au Nouvel Observateur, dénonce sur RTL « un article antisémite dans un journal qui ne l’est pas » » tout en qualifiant Siné d’ « ordure ». Prétexte : un texte persifleur du 2 juillet 2008 qui ironise sur une éventuelle conversion au judaïsme du fils Sarkozy avant son mariage annoncé par la presse avec la fille du fondateur des magasins Darty. Citation intégrale : « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

Contre l’insolence d’un Siné allumant l’arrivisme du fils Sarkozy, Val brandit la formule magique pour le virer : un supposé antisémitisme. Val prétendait défendre la liberté d’expression, lors de la polémique sur la publication dans Charlie Hebdo de caricatures de Mahomet. Aujourd’hui il porte à l’évidence atteinte à cette liberté.

La raison de l’éviction de Siné est à chercher ailleurs : désaccords sur la question israélo-palestinienne, défense de Denis Robert, le journaliste enquêteur sur l’affaire Clearstream que le directeur de Charlie Hebdo enfonçait sans vergogne. Or, l’avocat de Clearstream est aussi celui de Charlie Hebdo... Sur les pratiques autoritaires et les positions néo-conservatrices, atlantistes et sionistes de Val beaucoup a déjà été dit, par Acrimed, PLPL ou CQFD, mais aussi Politis ou Télérama. Que les lecteurs curieux lisent par exemple l’analyse de Mona Cholet qui épinglait son « obscurantisme beauf » :

http://www.peripheries.net/article187.html

L’historien, Stéphane Mazurier, auteur d’une thèse sur le Charlie Hebdo des années 1970, qui sera publiée chez Buchet-Chastel en 2009 et co-auteur, avec Cavanna, Michèle Bernier et Delfeil de Ton de l’album « Hara-Kiri », publié par Hoëbeke en octobre 2008 a livré dans Télérama une belle tribune, « L’honneur perdu de Charlie Hebdo ». Il montre comment cet acte constitue l’ultime étape visant à transformer un journal libertaire et insolent en un bréviaire moraliste et politiquement correct.
D’autres, avant Siné, avaient été accusés d’antisémitisme pour les disqualifier, voire de les faire taire, et pas des moindres : Edgar Morin, Daniel Mermet, Pascal Boniface, Jacques Bouveresse, Charles Enderlin, Pierre Bourdieu, José Bové, Olivier Besancenot… Ces accusations infamantes contribuent à alimenter l’antisémitisme tout en occultant les vrais antisémites.

Les accusateurs partagent l’aversion de Val pour la gauche de gauche et son affection pour l’humanitarisme de guerre. Ils n’ont pas tardé à monter au créneau. En nombre. Exemples.

Le Monde a ouvert toutes grandes ses colonnes aux boursouflures et procès d’intention de BHL alors que jusqu’alors le quotidien n’avait rien dit sur l’affaire. Joffrin, directeur de Libération vient au secours de Val, dans un texte limite dans lequel il s’en prend aux « cacochymes de l’extrême gauche « antisioniste » ». Alexandre Adler, sur les ondes et dans Le Figaro, ne recule pas devant le ridicule et l’odieux, comparant Val à Zola et renvoyant à « la bassesse de Drumont, de Maurras ou de Bernanos (...) les pétitionnaires semi-trotskistes en faveur de l’éternel stalinien Siné ». Jusqu’à la ministre de la culture, Albanel, qui souhaite « voir disparaître à jamais » les « clichés et caricatures » de Siné...

Mais le chantage ne marche plus ! Des milliers de personnes, connues et inconnues, ont signé une pétition de soutien à Siné :

http://www.soutenir-sine.org

Les néo-cons sont nus !

Chronique de Roland Pfefferkorn
La Marseillaise, jeudi 31 juillet 2008