Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Aux ordres des banquiers !
Article mis en ligne le 21 novembre 2008

par siksatnam

Le "créationniste" du bouclier fiscal, du travail du dimanche, de la retraite
à 70 ans, ce destructeur de services publics, fait mine de vouloir "régu-
ler" l’économie mondiale et de donner des ordres aux banquiers !

On trouve soudain des milliards d’euros qu’on n’a jamais trouvés pour
lutter contre la faim, les guerres, et que l’on a refusé de donner pour
les hôpitaux, les écoles, les salaires, les pensions de retraite, etc.
Ce joueur de pipeau qui faisait l ’apologie des prêts hypothécaires, des
produits dérivés, de la déréglementation tout azimut, nous a amené droit
dans le mur.

Et le voilà encore, ayez confiance, avec un discours et une action qui dit et fait le contraire de ce qu’ils prétendent !

L’argent, celui qui est si rare, inaccessible pour notre santé, nos re-
traites, nos écoles, nos salaires, nos quartiers, nos équipements pu-
blics, cet argent-là est déboursé pour soutenir (le mot est bien choisit)
les entreprises pendant la crise. Le conseil d’orientation du fond straté-
gique d’investissement français est ainsi crée avec à sa tête Jean-François Dehecq, actuel président du conseil d’administration et ancien PDG de sanofi-aventis. Ce dernier a à son palmarès, des restructurations en cours, et a permis que près de 75% du résul tat net (environ 7 milliard d’euros) soit distribué aux actionnaires. Pour cela il a été mis en place un programme d’achat d’actions de 3 milliard d’euros pour les détruire et ainsi augmenter mécaniquement les dividendes versées.

Tout un programme et un modèle à suivre !

Ce n’est pas ici encore, mais nous n’avions aucune illusion, qu’il fallait at-
tendre respect, solidarité et humanité.

De toute façon ce n’est pas en utilisant les mêmes "maux" que ceux qui ont nourri l’avidité sans égal de ce système que l’on peut soigner le mal.
Notre syndicat CGT se doit d’exprimer une position hostile, claire et sans
ambiguïté contre cette menace, ce tsunami social et économique qui va déferler....

Nous avons l’opportunité d’œuvrer à la construction d’un monde
meilleur, réellement solidaire, autrement universel et de partage. Ce
capitalisme en faillite, qui n’apporte plus désormais aux citoyens du
monde, que misère, souffrance, chômage et la guerre, nous ne devons plus le renflouer, ni prolonger son agonie, mais l’abattre.

Syndicat cgt sanofi-aventis,

Tours le 21 11 2008.