Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Arrestations ce 24 janvier : refusons la répression !
Article mis en ligne le 25 janvier 2009

par siksatnam

Cet après midi, samedi 24 janvier, devait se tenir à Paris un rassemblement contre la répression et notamment pour demander la libération de trois personnes détenues depuis depuis plusieurs mois (parfois presque un an) en prison de manière « préventive » suite à des manifestations qui avaient eut lieu après l’élection présidentielle de mai 2007.

Ce rassemblement a immédiatemment été l’objet de charges policières brutales, et plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées, dont plusieurs syndicalistes de Sud étudiant entre autres. Ces personnes sont actuellement en garde à vue dans le commissariat du XIIIème arrondissement, au motif de « rassemblement illégal ».
Il s’agit une nouvelle fois d’une attaque contre le droit de manifester. Nous ne devons en aucune manière accepter que soit porté atteinte aux libertés de rassemblement, comme cela a été le cas aujourd’hui. Par ailleurs, nous demandons que soit libérés immédiatemment l’ensemble des personnes interpellés, sans faire l’objet de mises en examen.

A quelques jours du début d’un mouvement social appelé à durer, les pouvoirs publics semblent vouloir multiplier les provocations contre l’ensemble des militant-e-s du mouvement social. Ces démonstrations pathétiques n’entameront pas notre détermination : un rassemblement de soutien aux interpellé-e-s a d’ores et déjà débuté devant le commissariat du XIIIème arrondissement (place d’Itelie), nous appelons ceux et celles qui le peuvent à s’y rendre dès maintenant pour défendre la liberté de rassemblement et la libération immédiate des personnes interpellées.