Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Tours : 7 mars résistance contre la police
Article mis en ligne le 8 mars 2009

par siksatnam

Des personnes arrivent au centre de la place plumereau dans le vieux Tours, pour une soirée “facebook”. Un carton est brûlé, les gens chantent autour du “feu”.
La nationale arrive, ils sont quarante, gazent toute la place, les BAC arrivent aussi et mettent leur casque.

Tout le monde a mal aux yeux, tout le monde se met à gueuler sur les flics, les vieux les jeunes, les bourgeois, les autres, les enfants des quartiers.
Les flics continuent pourtant et arrêtent un gars de la rue connu de beaucoup d’entre nous, aux yeux de tous et toutes.

Puis trois autres personnes arbitrairement. Et la police s’en va.
Tout le monde sort des bars, des restos…et se met à gueuler.
La police revient plus tard. Mais ils sont moins. Les bacs ne sont plus visibles. Ils cartonnent au flash ball, aux lacrymos. Un jeune me dit qu’il a reçu une balle en plastique mais que ce n’est pas une balle de flash ball.

Les flics ne s’en sortent plus. Il y a trop de monde, ils reculent dans une ruelle perpendiculaire à la rue de la civette. Ils lancent des lacrymo, ils tirent au flash ball dans le tas mais ca n’a plus d’effet. “Police partout, justice nulle part”…il est 1H30. Les flics ont chargé onze fois. Onze fois les gens sont revenus pour leur gueuler dessus. Ils sont complètement dépassés et aucune équipe de renfort n’arrive pour le moment.
Un mouvement de résistance s’est installé spontanément…..

(source : RESISTONS ENSEMBLE)