Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) et, malgré la demande des anciens adhérent-es de l’association, a conservé et usurpé le nom DLGS. Heureusement, le site continue son chemin libertaire...

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

Stig Dagerman et l’Allemagne en ruine
Article mis en ligne le 23 octobre 2009

par siksatnam

Reporter en Allemagne en 1946, le jeune écrivain suédois Stig Dagerman plonge jusqu’à l’hallucination dans les ruines d’un pays rongé par la famine, la haine et la désolation. Un récit excellemment mis en images par Michaël Gaumnitz.

Berlin, Hambourg, Munich, Hanovre... : un an et demi après la défaite de l’Allemagne, et à la veille des premières élections démocratiques organisées par les Alliés, le jeune écrivain suédois Stig Dagerman (l’auteur du célèbre texte Notre besoin de consolation est impossible à rassasier) parcourt le pays en reporter. Le spectacle désolant qui s’offre à lui et qu’il consigne dans ses carnets l’amène à s’interroger sur la notion de responsabilité collective : quels que soient les crimes commis, doit-on punir tout un peuple sans distinction ? Pour éradiquer le nazisme et restaurer la démocratie, fait-on ce qu’il convient ? La justesse de ses observations, son étonnante lucidité politique et ses incontestables talents d’écrivain font du jeune Suédois un témoin incomparable de cet "automne allemand".

Un paysage d’apocalypse

Les actualités de 1946 montrent une Allemagne dévastée, des villes en ruines, une population affamée grelottant dans des caves. "Bien fait pour eux !", disent les commentaires des vainqueurs. Stig Dagerman, antinazi de la première heure, rapporte de ce pays un tout autre récit, et stigmatise la politique des Alliés. Le jeune écrivain suédois dénonce l’inhumanité des souffrances infligées indistinctement, et l’hypocrisie d’une thérapie de choc qui laisse échapper les plus grands criminels du IIIe Reich. Mêlant aux images d’archives des tableaux originaux composés à la palette graphique, Michaël Gaumnitz nous fait faire l’expérience hallucinante de la survie dans un paysage d’apocalypse. Très réussi, son montage donne l’étrange impression qu’il s’agit des images tournées par Dagerman lui-même...

[*ARTE
mercredi, 21 octobre 2009 à 20:45

Rediffusions :
24.10.2009 à 14:00
31.10.2009 à 00:45
1946, automne allemand
(France, 2009, 77mn)
ARTE F
Réalisateur : Michael Gaumnitz*]