Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

Forum de l’article

« Les artistes du Projet 244 se rebiffent »

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
« Les artistes du Projet 244 se rebiffent »
Jojo - le 14 décembre 2012

En dehors des considérations historiques sur le p244 dont seuls certains peuvent juger en connaissance de cause, ce communiqué est légèrement abjecte et les débordements dénoncés sont des manifestations qui n’empiétaient absolument pas sur les artistes et les compagnies sauf dans leur rapport avec la mairie qui est clairement un rapport de complicité. Qu’un outil militant relaie ce genre d’explications c’est plutôt dommage, il permet quand même de connaître le positionnement des "artistes" en question...
Pour infos, le concert sauvage interdit par la préfecture était organisé devant la maison "Thanks" et les projections dans un hangar réaménagé par un collectif. Donc question débordement, il s’agirait plutôt de politisation de l’espace...
Que la mairie mette la pression sur les artistes pour évacuer les squatteurs depuis qu’il y a de l’activité "politique" et que ces artistes puissent se sentir en difficulté vis à vis de la mairie est compréhensible mais encore une fois, d’un point de vue militant, le parti à prendre est claire et il ne s’agit pas de défendre simplement des squatteurs mais le principe du squat et de l’organisation d’espace de vie et de lutte qui manque vraiment sur Tours. Quand on voit les négociations qui n’aboutissent pas pour rouvrir le bateau ivre on devrait bien comprendre que plutôt que d’attendre des subventions de JPG, il vaut mieux repenser les choses en terme de rapport de force un minimum (sans exclure la possibilité de négociation concernant l’ouverture et le maintien d’espace mais sans que ceux-ci soient ou deviennent "subordonnés" ou dépendants des décisions de la mairie).
Qui plus est garder cet espace permettrait de lutter contre l’urbanisme et la gentrification tourangelle !

Donc on s’en fout de savoir qui est bon qui est méchant, la question c’est de comprendre quels sont les enjeux et là c’est assez explicite.