Bandeau
Demain Le Grand Soir
NI DIEU, NI MAITRE, NI CHARLIE !

Le Site de Demain le Grand Soir est issu de l’émission hebdomadaire sur "Radio Béton", qui fut par le passé d’informations et de débats libertaires. L’émission s’étant désormais autonomisée (inféodé à un attelage populiste UCL37 (tendance beauf-misogyne-alcoolique)/gilets jaunes) le site continue sa route.

Le site a été attaqué et détruit par des pirates les 29 et 30 septembre 2014 au lendemain de la publication de l’avis de dissolution du groupe fasciste "Vox Populi".

Il renaît ce mardi 27 octobre 2014 de ses cendres.

" En devenant anarchistes, nous déclarons la guerre à tout ce flot de tromperie, de ruse, d’exploitation, de dépravation, de vice, d’inégalité en un mot - qu’elles ont déversé dans les coeurs de nous tous. Nous déclarons la guerre à leur manière d’agir, à leur manière de penser. Le gouverné, le trompé, l’exploité, et ainsi de suite, blessent avant tout nos sentiments d’égalité.
(....)Une fois que tu auras vu une iniquité et que tu l’auras comprise - une iniquité dans la vie, un mensonge dans la science, ou une souffrance imposée par un autre -, révolte-toi contre l’iniquité, contre le mensonge et l’injustice. Lutte ! La lutte c’est la vie d’autant plus intense que la lutte sera plus vive. Et alors tu auras vécu, et pour quelques heures de cette vie tu ne donneras pas des années de végétation dans la pourriture du marais. "

Piotr Kropotkine -

COMITÉ DE RÉSISTANCE CULTURELLE CITOYENNE. ORGANISATION DE SPECTACLES CHEZ L’HABITANT.E
Article mis en ligne le 27 avril 2021
dernière modification le 26 avril 2021

par Le Plombier

Ça fait maintenant 1 mois que le site www.goatclub.org est en ligne (26.03.2021)

PREMIER BILAN :

- 80 groupes et artistes se sont inscrits sur le site et sont donc dispo pour jouer chez l’habitant.e.

- 150 spectacles de tout type se sont tenus en cette période de confinement.

- 1 festival (20 concerts dans 20 Clubs simultanément) s’est déroulé le 27.03.2021 après-midi générant 4000€ pour les artistes qui, pour la plupart, n’avaient pas joué depuis des mois, voire une année.

0 transmission de covid.

0 contrôle de police.

Un bilan en ♥ et en sens, qui vaudrait bien plus qu’un bilan chiffré.

LA SUITE ?

D’ici quelques semaines, il se dit que le gouvernement pourrait "déconfiner"...

Il serait illusoire de croire que les lignes évolueront sur le plan social et culturel, et que l’accessibilité à une once de joie de vivre pour tout.e.s sera de mise. Dans ce lot d’annulations de la convivialité que nous connaissons, quelques spectacles visibles se tiendront ici et là comme l’été dernier et bénéficieront à une minorité d’artistes. Tant mieux pour eux / elles.
> Pour d’autres en revanche, comme l’été dernier (et comme depuis des années), il n’y aura
rien, en particulier parce que beaucoup de courroies d’expression habituelles (comme les cafés-concerts et festivals debouts) resteront muettes encore un bout de temps (pour celles qui n’ont pas déjà fermé).

Dans ce contexte politique inégalitaire et à géométrie variable, il semblerait que les initiatives "Do It Yourself" et "chez l’habitant.e" aient encore de beaux jours devant elles :

Notre manifeste a évolué : Il est tout à fait possible de parler du Goat Club.

Mais malgré son bien fondé, il n’est pas inutile de constater qu’aucun média culturel, millitant (1) ou social n’a pour l’heure osé / souhaité relayer l’initiative, ou prendre position.

Le site www.goatclub.org n’a ainsi été consulté que par 4500 personnes uniques.

Alors, le Goat Club s’affichera prochainement dans la rue, via les stickers ci-dessus.

Si vous voulez aider à faire connaître l’initiative et tenter de démocratiser la pratique, écrivez-nous en réponse à cet email et on vous en enverra bien gratuitement.

ACCEDER AU GOAT CLUB

Ce monde d’après dont tout le monde parle, le Goat Club est à peu près persuadé que c’est à nous seul.e.s d’aller le chercher et que la culture rejaillira tôt ou tard par des biais par lesquels on ne l’attendait plus (dans la rue, chez les gens, de manière accessible, pour tout le monde, tout le temps), qu’on assistera bientôt à des fêtes de la musique 365 jours par an avec des bars clandestins citoyens à tous les coins de rue qui prônent tout comme le Goat Club la décroissance, l’anticapitalisme... la redécouverte du sens, de la liberté et d’une certaine forme de bonheur.